Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

lundi, avril 03, 2017

S13 - En attente de Calibre 12

Surprise ! Aujourd'hui c'est moi —Céline— qui prends la plume pour vous faire le bilan de notre semaine. Accrochez-vous, j'ai fait le plein de photos !
François tous les matins résume la journée de la veille avec un petit dessin.
Et aussi j'ai eu une super nouvelle idée pour mettre en valeur les petits dessins de François : j'ai découpé notre semainier pour faire les titres de ce billet ! C'est-y pas super clair comme ça ?
Pour perpétuer la tradition, je commence avec la journée de lundi ! Nous avons décidé de nous lancer dans la vidange d'Otto. Nous devions la faire tous les 7500 km (les pros recommandent cette périodicité) et nous avions parcouru plus de 11 000 km ! Il était temps…
Nous avons commandé trois filtres sur internet, un peu au pif : filtre à air, filtre à gasoil et filtre à huile. Deux des filtres convenaient parfaitement, mais le filtre a gasoil reçu ne ressemblait pas, mais alors pas du tout, à celui installé sur notre combi ! Dommage ! Celui-ci retournera à son magasin et je ferai plus attention la prochaine fois.
La vidange a été épique. Epique parce qu'il ne fallait surtout pas en mettre —de l'huile— partout et que c'était gras, noir comme pas permis, hyper tachant, et je ne sais pas quels esprits malins l'habitaient mais elle n'avait qu'une envie : courir sur nos doigts et surtout ne pas être contenue. Après moulte effort, l'huile usagée a finalement fini au fond d'un bidon et l'huile propre a tourné bien comme il faut dans le moteur de notre camion. Ce fut donc une réussite ! Et nous, apprentis bricoleurs, étions fiers comme des paons.
Direction la falaise du Boffi, pour ses belles voies de grimpe et les vues au dessus de Millau.
Ici, les gens ont planté une belle forêt de pins. Et les chenilles processionnaires y ont vu un spot de choix ! Le sol, je n'exagère pas, était jonché de chenilles processionnaires ! Elles avançaient toute en ligne (je ne vous apprends rien je crois) sur des mètres et des mètres et formaient des boules grouillantes pour s'enfoncer dans le sol (vous le saviez ça ?). L'air était rempli de leur pics urticants. Pas besoin de les toucher, il suffisait de marcher sur les chemins pour sentir leur piqure sur les mains, le cou, le ventre…
Nous nous sommes grattés plusieurs jours de suite !
François tente malgré tout un beau 8a dans une grotte. Cela faisait un moment que je ne l'avais pas observé grimper. C'était impressionnant ! La difficulté se sentait autant que la force et la précision qu'il appliquait dans ses mouvements.
J'ai particulièrement aimé me promener le long des falaises et la marche d'approche en randonnée alpine. Et regarder les craves à bec rouge faire leurs acrobaties devant la grotte juste au dessus de mes yeux.
Nous avons fait route à travers les Cévennes et nous voici de retour au dessus de Lodève. Un peu d'escalade pour François et la Loutre (surtout du hamac pour cette dernière, si j'ai bien compris leur journée) et moi je ne sais plus trop ce que j'ai fait… ah oui ! La vaisselle ! 
…Ce qui m'a permis de découvrir (ou re-découvrir, cela m'a rappelé un vague souvenir) que le savon de Marseille et le curcuma permettent d'obtenir une belle couleur rose ! Dingue, n'est-ce pas ? J'ai alors inventé une sorte de peinture magique. Je vous explique le principe :
Sur une feuille, faire un dessin secret à l'aide d'un morceau de savon de Marseille taillé en conséquence. Puis, mélanger dans un récipient de l'eau et du curcuma en haute dose. Avec un pinceau, repasser le dessin fait au savon de Marseille et… il apparait en rouge !
Il parait que les mauvais moments deviennent de belles leçons. Voilà. CQFD. J'ai compris. Vaisselle = mauvais moment. Curcuma + savon = belle découverte sur la vie (oui-oui, la vie, j'assume ^^)
François s'écorche le pied. La séance d'escalade s'écourte. On se dirige vers un beau spot pour passer la nuit qu'une autochtone nous a désigné.
Le spot qu'on nous avait indiqué la veille était vraiment superbe ! C'était une belle prairie, avec un petit étang au bout. Personne, absolument personne ne le fréquentait, mis à part un monsieur qui y a promené son chien une 20' de minutes et un petit groupe de promeneur qui sont passés de l'autre côté. Il n'y avait pas un bruit de voiture. Que le silence des oiseaux, des insects et des petits nuages maritimes au dessus de nos têtes. Un son reposant comme jamais.
Après une petite ballade sur un GR pour rejoindre les blocs de Lodève —et le labyrinthe en cailloux que notre Loutre adore parcourir en famille (c'est important)— le maire du village vient nous trouver pour nous dire que nous devons quitter notre lieu idyllique. Le village tolère une nuit sur leur lieu paradisiaque, mais pas deux. Nous sommes bien déçus. Un peu étonné qu'on nous repousse d'un lieu qui n'était habité que par nous… Je me demande bien qui, ou quoi, nous gênions au point de nous demander de partir !
Enfin, nous partons pour le parking du pont du Diable de St Guilhem encore gratuit une petite journée.
Nous visitons ce jour-ci le village de St Guilhem le Désert. Puisque tous les parkings y sont payants, nous décidons de le rejoindre à vélo (pour la Loutre et moi) et à pied-patte (pour François et Jedi). Nous traversons le village jusqu'au cirque du bout du monde. François ne quitte pas des yeux la voie “Calibre 12” qu'il espère gravir au cours du week-end.
La Loutre refuse de faire demi-tour avant une petite baignade. François et moi, qui sommes de vrais Rahabadja, refusons de nous mouiller les pieds mais l'Adorable n'a pas peur. Elle retire ses chaussures, ses chaussettes, son pantalon et sa culotte et c'est parti pour une belle séance de pataugeoire dans le ruisseau ! Nous nous amusons bien en la voyant faire.
Samedi, c'est le premier. Ca veut dire nouveau budget pour nous ! Qu'on explose dès le premier jour, donc, avec du nouveau matériel pour François, de beaux légumes et de nouveaux cahiers pour la Loutre. On est tout content avec nos nouvelles affaires.
Le parking est devenu payant entre temps. Nous trouvons donc un nouveau campement au bord de l'Hérault. La prairie est magnifique, nous avons pour voisines les vaches les plus heureuses de la Terre. (je jalouse leur pré ! Au bord de l'Hérault, valloné à la perfection, avec de beaux feuillus et une herbe verte resplendissante, j'y construirai bien ma maison) Elles viennent nous tenir compagnie pendant la soirée, nous offrant un diner-musical avec leurs cloches. Très sympa. Notre Loup a moins apprécié, il n'était pas hyper confiant.
La météo est à peu près clémente, François part avec son compagnon de grimpe pour Calibre 12 ! La Loutre et moi restons au camion. En voyant les bourrasques, la petite pluie, le froid ambiant, je suis un peu inquiète pour François et son copain. Surtout que Calibre 12 est en face nord !
La journée passe. Nous trouvons pendant notre randonnée un nouveau jeu pour Jedi qui le secoue de toutes ses forces tellement il est heureux que nous pensions à lui. L'Adorable s'entraîne à freiner avec sa draisienne “pour quand elle aura un vélo à pédales”. La nuit arrive. Nous n'avons toujours pas nouvelles de notre explorateur. Je suis un peu inquiète. Je le suis toujours quand il part en grande voie. Et puis il nous téléphone !
Voilà, ce fut un petit flop pour cette calibre 12. Trop dur. Trop froid. Trop long. Notre Explorateur est exténué et téléphone à sa maman avant de s'endormir. C'est choux ^^

6 commentaires:

  1. Petite question de curieuse : que signigie "Rahabadja" ?

    (et aussi, est-ce normal de retrouver cet article utilisé sur un autre blog ? http://jeupour.blogspot.fr/2017/04/s13-en-attente-de-calibre-12.html)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ! Tu es tombée sur ce site “chelou” en cherchant une définition du mot ? Ce n'est pas normal du tout que notre article soit présent sur une autre page (merci de nous l'avoir signalé !! mais, je ne sais pas comment réagir).

      Rahabadja est une déformation du mot rabat-joie ^^ Ca veut dire : « le seigneur rabat-joie ». ^^

      Supprimer
    2. Oh, j'adore cette définition ! Je vois le jeu de mot avec Maharadja maintenant que tu le dis ^^. On ne s'ennuie pas chez vous !

      Je suis tombée sur ce site en tapant le mot dans Google pour trouver une définition justement, s'il en existait une. Et je n'ai eu que trois résultats, deux ramenant vers ton site et celui que je t'ai indiqué, et je l'ai trouvé très douteux, avec une formulation française très approximative, donc ça m'a bien étonnée. Peut-être contacter le détenteur du blog ou laisser un commentaire pour demander de retirer l'article ? Il doit bien avoir un moyen de signaler le site si rien n'est fait.

      Supprimer
    3. Je pense que l'article a été généré automatiquement.

      On s'amuse bien, il est vrai… sauf lorsque l'un de nous fait trop le rahabadja justement ^^

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Blogger ne nous permet pas de corriger nos commentaires et c'est vraiment enquiquinant !

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *