Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

vendredi, mars 31, 2017

S12 - Les gorges du Tarn, de la Jonte et de la Dourbie

Encore de l'escalade au programme avec la rencontre des moniteurs stagiaires et des formateurs du CREPS de Montpellier.

Lundi

On arrive dans la Jonte, les vautours nous accueillent, il fait beau et chaud. On s’arrête pour mieux voir les falaises des vases de Sèvre et de Chine.
Voici les vases vus du haut.
Safran et son compagnon de cordée descendent justement d’une des grandes voies. Ça tombe bien, je voulais lui proposer de faire une grande voie du côté de Saint-Guilhem. On prend rendez-vous pour se retrouver au bar du village mais leur deuxième grande voie de la journée prendra trop de temps. Nous rentrerons sans les avoir recroisés. Ca n’a pas empêché La Loutre d’apprécier sa glace mais c’est dommage j’aurais bien papoté avec eux.
Que du beau pour notre premier jour dans les gorges.

Mardi

Ça fait un moment qu’on voit des chocolats de Pâques dans les rayons de magasins. On s’en veut un peu d’avoir oublié la chasse aux oeufs qui succède au passage des cloches de Pâques. On décide de se rattraper en organisant la première chasse aux oeufs de la Loutre. Un énorme oeuf surprise attendait notre Louloute au bout de sa quête.
Remarquez le sac de compétition pour sa première quête. Un sac Neuhaus s'il vous plait !
Le problème c’est qu’avec Jedi c’est pas évident de jouer à cache-cache. L’oeuf géant il l’a trouvé direct sans passer par tous les petits y menant et pour être sûr qu’on sache bien que c’est lui qui l’a trouvé en premier il a fait une petite marque dessus… heureusement qu’il sont bien emballés ces engins !

Mercredi

En faisant le dessin du jour je me rends compte que Pâques c’est dans une semaine en fait. On n’était pas en retard finalement.
Le CREPS de Montpellier a organisé trois jours de grimpe en grande voie. En route pour la première, il fait beau, je fais les premiers kilomètres en courant avant d’être pris en stop. On m’a choisi une voie assez dure : La 7ème Leffe 7a+/6a+/6c/6b. La dernière longueur est magique, on se retrouve dans l’angle de la roche décollée, en plein gaz et sur des bonnes prises. Sensations garanties !
La roche décollée avec son arrête plein gaz.

Jeudi

Aujourd’hui c’est chaud ! Ou plutôt pas trop justement, le soleil joue à cache à cache avec de très gros nuages. On va quand même au pied de la voie, pour voir. Depuis notre grotte, bien au sec, on regarde tomber les grêlons et la pluie. On se tâte encore, on demande à la cordée voisine si elle se sent d’y aller, ils nous crient qu’ils sont déjà à la deuxième longueur. C’est des marrants les grimpeurs… On finit par se rabattre sur un secteur de couenne à l’abri ! S’il est à l’abri ce n’est pas pour rien, le mur penche à 45° sur une quinzaine de mètres. Il fait 4 °C, il gèle mais on est à « bodybuilding » et mon super DE sort les chaussons pour me montrer que quand même il est pas DE pour rien. Franchement je trouve qu’il s’en sort bien, il arrive à aménager une séance de grimpe intéressante malgré des conditions météo toutes pourries. En essayant la voie j’ai l’onglet jusqu’aux poignées ! Heureusement le but du jeu c’est de s’entraîner à la réchappe en toute sécurité. En redescendant on croise une file de chenilles prostitutionnelles (les élèves de Léo les ont formellement identifiées lors de leur dernière sortie) !
Céline est sortie pendant les 15min de soleil de la journée et en a profité pour prendre de magnifiques photos.

La journée se finit au Capluc café (qui fait une recette exceptionnelle pour la saison). Une quinzaine de grimpeurs trempés et frigorifiés se succède au bar pour goûter au chocolat chaud et au rhum très bien arrangé trônant sur le comptoir. On finit la soirée au resto pour se réchauffer. 

Vendredi

Pas d’improvisation cette fois. La météo est formelle, il n’y aura pas d’éclaircies. Nos DE tout neuf nous ont concoctés une journée d’Olympiade verticale. Malgré le temps minable ils réussissent à nous réchauffer et à nous faire grimper. C’est sûr, ça ne vaut pas une grande voie mais on s’est bien amusé. Enfin nous, les participants j’entends, parce que pour les DE qui restaient en haut des voies à surveiller les manips c’était pas la même histoire…

Samedi

Il pleut encore alors on va à la piscine de Millau. Le soir on rencontre Martin. Il vit dans un tout petit camion est fait de l’escalade ! Demain on grimpe ensemble. J’avais bien prévu d’aller grimper dans la Dourbie mais vu le temps maussade je n’y comptais plus trop.

Dimanche

Il fait enfin grand soleil. On part grimper à la falaise du Boffi. On fait des voies faciles mais on en fait plein. On enchaîne les longueurs en 6 b du secteur Mythe Errand et on profite de la vue, des vautours, du soleil et encore des chenilles prostitutionnelles. Pendant ce temps les filles se promènent dans Millau à vélo et se font un petit « restaurant » au célèbre McDo de Millau. Martin est super sympa, il devient vite un copain et nous l’invitons à manger chez nous. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *