Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

vendredi, août 26, 2016

Promenons nous dans les bois…

Il a fait à peu près moche toute la journée. C’était une très bonne journée ceci dit, bien remplie et même presque finie. Nous avions mangé, La Loutre était prête à dormir, nous aussi. Mais la soirée était belle et contrairement au reste de la journée, la météo était plutôt clémente. L’après-midi, en me promenant, j’étais passé devant une grotte. Céline me demande si elle est loin et si elle peut envisager d’y aller tout de suite, avant de se coucher. La grotte est située le long d’un sentier extrêmement bien balisé et étant donné l’heure, elle a d’après moi tout juste le temps de faire l’aller-retour. 

C’est tout vu!
Elle prend Jedi et la voilà partie.


Sans les sacoches il est un peu flippant quand il se ballade en forêt.

Jedi et seulement Jedi. Un pull à la limite mais ni téléphone, ni lumière (sinon c’est pas drôle).
Moi de mon côté je fais ma petite soirée. Je finis de coucher La Loutre, j’écoute de la musique tranquillou, je regarde le soleil se coucher, la nuit tomber, s’obscurcir,…
Et je me dis que ça devient limite comme conditions pour se balader. Dans ces cas là pas de panique! 

J’ai ma technique.

D’abord il faut lister les éventuelles mes/aventures qui ont pu lui arriver (entorse, piège à loup, rencontre avec un grizzly) et choisir la plus probable. J’opte pour: « elle est allée un poil plus loin que prévu et ne retrouve plus le sentier de nuit ».


Le tout c’est d’avoir l’air DETERMINEE.
Ensuite et c’est là que ça se complique, il faut ce demander : « Qu’est-ce que je ferais si j’étais à la place de Céline? » Vous avez la réponse? Oubliez-là, faites une croix dessus, libérez votre esprit, laissez votre imagination vagabonder et recommencez cette étape trois fois pour vous rapprocher de SA réponse à la question. (Céline préconise cinq fois plutôt que trois). 

Heureusement, j’étais rôdé, j’avais eu un exercice pratique le matin même. Je l’ai déposée à la boulangerie et le temps de faire le tour du pâté de maison, plus de Céline ! Lorsque j’ai fini par la retrouver elle m’a confié hésiter entre:
- attendre devant la boulangerie (plutôt raisonnable),
- aller au poste de police parce qu’on lui avait volé ses papiers et sa fille (techniquement tout ceci était bien avec moi dans le camion…).
Pour info moi je me disais que ne me voyant plus elle avait pu décidé d’aller à la piscine (et oui c’est bizarre mais je suis quand même allé voir).

Enfin bref, concrètement dans le cas présent vous pouvez oublier:
- je fais demi-tour et je prend exactement le même chemin qu’à l’aller,
- je cris à François de venir avec une lampe (il m’entend peut-être).

J’opte pour : « Cette grotte à l’air plutôt pas mal, tant pis je dors ici ». Me disant que ce serait quand même dommage qu’elle dorme dehors, je décide de m’habiller pour aller rendre visite aux grottes du coin. Je suis presque équipé d’une lampe et d’un portable (le chien était déjà pris) lorsque qu’un gros loup blanc me fonce dessus avec un air ravi.

Et là vous vous dites que ma technique était donc toute pourrie, que j’avais tout faux. Et bien pas tellement, en réalité j’avais découvert l’option numéro 2, il me manquait juste une itération pour avoir la bonne réponse. Voilà ce qui s’est passé du côté de Céline :

Elle a bien trouvé la grotte, elle a bien décidé d’aller voir un peu plus loin malgré la nuit qui s’épaississait et elle s’est bien retrouvé bloquée au moment où elle ne pouvait plus voir les traits bleu sur les arbres. Mais sa solution à elle a été un peu plus osée :


Jedi au camion!


La solution de Céline c’est la truffe de notre chien. Evidemment un gros chien blanc c’est plus facile à suivre que des petits traits bleus mais il faut quand même avoir confiance. La voilà donc à suivre notre chien qui tantôt trace sa route à travers la forêt, tantôt suit les sentiers avec comme objectif fixe d’aller se coucher exactement là où on lui à dit : au camion.


Mais si jte dis que c’est par là, suis moi! C’est qui la truffe ici?

Alors oui, c’est un peu aléatoire comme méthode, mais moi ce qui m’agace c’est que ça fonctionne. Et c’est souvent comme ça. Aussi improbable que ses techniques soient, pour elle et seulement pour elle, c’est ce qui marche. (Une fois j’ai essayé de copier sa technique de tri des cours qui consistait à agrafer des piles de feuilles volantes qui avaient vaguement un rapport entre elle, ça été une catastrophe ! De son côté elle a toujours ces piles quelques part dans un carton et pourrait me ressortir l’exercice 22 sur les intégrales de Fourrier si je lui demandais.)

10 commentaires:

  1. Il me faut un chien comme ça, mieux qu'un gps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui il est top mais faut voir la taille que prend le chargeur. C’est pas pour rien qu’on appelle ça le mur de croquette.

      Supprimer
  2. Mais quel rire :D (ma meilleure amie, c'est la même. Méthode qu'elle applique en cuisine (elle est réputée pour), en créations diverses, etc. Bon en cuisine, c'est le seul lieu où elle foire copieusement, pour le reste ça lui réussit à un point dingue ; comme Céline).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la ne parlons pas de cuisine! Ce matin on a eu le droit à une casserole entière de tapioca à la vanille. Pour ceux qui n’ont jamais mangé de méduse à la vanille c’est une expérience incontournable. Mais bon j’ai quelque raté aussi côté fourneau alors je ne la taquine pas trop.

      Supprimer
    2. Tout de même, je dois ajouter parce que ça fait plusieurs jours que j'y pense : pour le chien, j'aurais fait la même chose ^^"
      Pour la recette foirée, réponse de mon mari consterné : "mais ça se mange pas tout seul le tapioca !" (la vanille ne semble donc pas être un accompagnement adapté ;) )

      Supprimer
    3. C’était une CREME au lait ET au tapioca ! Non mais ! Grrr !
      (mais c’était manqué)

      Supprimer
  3. Respect... c'est sûr que c'est pas Socrate qui aurait fait ça ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben disons qu’il ne connaissait que son nom et que même ça il en faisait un peu ce qu’il voulait :-)

      Supprimer
  4. Alors pour les feuilles à agrafer, ce n’est pas du tout aléatoire ! Elles sont agrafées ensemble selon un algorithme temporel très simple à deux paramètres déterministe et injectif… Il n’y a rien de moins précis que ça ! Si ça n’a pas fonctionné pour toi, je pense que tu as fait une erreur d’estimation, et seulement ça.

    Quel plaisir de marcher de nuit dans la forêt avec un loup… A refaire :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c’est certainement au niveau de l’injectivité que j’ai dû me rater...

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *