Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

lundi, juillet 11, 2016

Récit d'une finale en famille

Pour le plaisir de raconter…

Un peu coupés du monde, les gars (nous) réalisent en allumant la télé chez Grand-Papi Gaston : c'est ce soir déjà la finale de l'euro ! Et il y a la France ! Oui, la France joue en finale, il parait qu'elle est sympa cette équipe de France —faut-il être sympa pour gagner ?— et puisqu'on est ressemblés ce soir pour la fin d'une autre Grand-Mamie encore, on décide de laisser la TV allumée pendant le repas. J'explique deux-trois règles de bases à la loutre.

Moi : Il y a deux équipes. La France en bleu, le Portugal en rouge.
L’adorable : Pourquoi en rouge ?
Moi : C’est la couleur des maillots. Elles vont essayer de rentrer le ballon dans les buts avec les pieds.
L’adorable : Pourquoi ?
Moi : Bon… pour gagner le match. On espère que la France va gagner alors on les encourage comme ça : Allez les bleus ! D’accord ?
L’adorable : Pourquoi on les encourage ?
Moi : Pour participer à notre façon… enfin, tu as fini avec tes questions ? Tu as compris ?
L'adorable : Ok, j'ai tout compris.
Moi : Parfait !

Le match commence. La loutre et son papa regardent sur le canapé pendant que Mamie Coeur et moi mettons la table. Grand-Papi Gaston s'installe. Le tonton s'assoit dos à la TV parce que ça le fait rire. On dit Allez à table ! et on coupe le son.


Le tonton entre plusieurs plats nous demandent : « Il se passe quelque chose ? » On répond tout (ils courent vite quand même ! C’est de la folie !) et rien à la fois (le score reste collé à 0-0, le foot c’est souvent long à démarrer) et le repas continue. On parle de Grand-Mamie, un peu les larmes aux yeux, on dit Allez les bleus pour chasser tout ça des visages et soudain…

Allez les rouges !

Un traitre dans les rangs ? L’adorable ! L’adorable n’en démord pas et dit très très nettement et sûre d’elle Allez les rouges ! Mamie Coeur rigole et lui explique que les rouges c’est les Portugais, qu’on ne veut pas qu’ils gagnent, non pas eux, même s’ils sont presque français en fin de compte, ou que les français sont presque portugais… enfin bref, c’est fraternel mais on dit quand même allez les bleus, allez les bleus.

Mais non. Elle pleure presque de ne voir aucun soutien à table. Allez les rouges et puis c’est tout. Je la console, je dis qu’elle choisit l’équipe qu’elle veut. Son papa lui demande pourquoi (tendre vengeance des pourquoi !! ahah) elle préfère les rouges ?

L’adorable : Eldo s’est fait mal au genou.

Euh… Oui, c’est vrai, c’est triste… Bon, d’accord. Tu peux dire Allez les rouges si tu veux.

Le repas se termine. On allume le son. La loutre va se coucher. Le temps s’écoule, le match s’intensifie. 0-0 encore. Les joueurs se fatiguent. La nuit est tombée derrière la fenêtre mais pas sur le stade. Ca m’a toujours paru étrange cette lumière crue et puissante sur les stades, pendant qu’autour de moi la soirée fait son office.

Moi : Dites, le match est bien à Paris ? En direct ?
Eux : Mais oui Céline !!
Moi : Ah… C’est quand même un peu fou.

Et l’équipe Portugaise triche par deux fois. Un joueur fait semblant de se prendre un coup de genou dans la tête et je suis un poil choquée quand même. Il doit avoir l’habitude des ballons, même en pleine vitesse, et savoir faire la différence, non ? Et les voilà qui réclament un coup franc, profitant du manque de visibilité des arbitres ! Là, ça devient de trop, surtout que le compteur s’affolent, que le stade et les spectateurs aussi… C’est dangereux. Et ouf ! Le ballon ne passe pas, le match en aurait été gâché.

Je sais plus exactement dans quel ordre, mais il y a une coupure entre les deux temps additionnels. Grand-Papi Gaston change soudainement de chaîne.

Nous : Eh ! Mais laisse la 6 !
Grand-Papi : Ah ? Quoi ?
Nous : Le match !
Grand-Papi : Mais il est fini le match !
Nous : Mais non, y’a encore 0-0, ça peut pas être fini !
Grand-Papi : Ah bon ? C’est que je m’en contrefiche moi…

Ouf, le match revient à l’écran.


Et sans crier gare, avant même que les commentateurs ne se mettent à parler plus vite et plus fort pour marquer l’instant… J’ai l’impression qu’ils agissent comme moi à la pêche. Je dirige mon bouchon avec le bout de ma cane, pour simuler la touche, histoire de faire venir le poisson. Les commentateurs se mettent à crier dès que le ballon s’approche des buts —et des gardiens, n’oublions pas cet obstacles de taille— pour ensuite reprendre leur calme comme si de rien n’était… Alors sans crier gare, le Portugal marque son but.

1-0. Et voilà. Les rouges ont gagné. Et puis les joueurs étaient vraiment épuisés. Ils ont fait ce qu’ils ont pu pour faire durer le match jusqu’au bout.

Les bleus ont pleuré, oubliant qu’ils étaient quand même seconds et qu’ils avaient battu un taqué d’équipes pour arriver jusqu’ici (enfin ça, il semblerait que ça ne compte pas) et les rouges étaient heureux comme tout avec leur toute petite coupe pendant qu’un énorme trophée trônait au milieu du stade.

François : Cette coupe là n’entre pas dans leur bus Céline, c’est pour ça…

J’admire son intelligence, lui sait répondre à mes questions.

Puis nous allons nous coucher, j’avais hâte d’être le matin pour annoncer la bonne nouvelle à l’adorable : les rouges ont gagné.

Voilà, j’ai vu un match de foot et c’était une belle soirée.

2 commentaires:

  1. Une soirée animée mais une belle soirée. Je pense que la Loutre m'amuserait beaucoup avec ses "pourquoi ?" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ! Ne t’inquiète pas, tu en entendras sûrement des pourquoi car ça n’arrête pas ! Même quand elle joue seule avec ses petits personnages on l’entend raconter : « Maman, pourquoi il y a la plage. — Pour (sa façon de dire parce que) c’est du sable. — Pourquoi il y a du sable ? — Pour il y a la mer. — Pourquoi il y a la mer ? — Pour il y a beaucoup d’eau… » Et ça continue, ça continue, sans fin. Il y aurait de quoi raconter, c’est une période rigolote/intéressante/épuisante/passionnante !

      Je te souhaite bonne chance si tu décides d’y répondre ^^

      Ce fut une belle soirée, effectivement, même si les retrouvailles familiales ne sont pas des plus gaies en ce moment (tout le monde vieilli…).

      Merci pour ton petit commentaire Julie ! A bientôt ;-)

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *