Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

mercredi, mars 09, 2016

J'ai toujours voulu que cela soit vrai

J'avais reçu une chaîne stéréo à Noël. Je chipais des CD dans le salon. Ces CD que nous entendions pendant les longs trajets en voiture jusqu'aux vacances. Quand la musique défile, on ne connait pas les noms des artistes, on reconnait parfois quelques mots des paroles sur les pochettes des albums… Je prenais dans ces noms inconnus, suivant ce demi-hasard du demi-souvenir, les musiques qui avaient marqué mon imagination. Et je passais les CD dans la chaîne. Je montais le son, debout au milieu de la pièce, le dos droit avant que l'adolescence ne le courbe, une main à hauteur de la taille, l'autre jouant en trois dimensions la musique que j'écoutais. Je chantais peu, je jouais dans les airs. Je voyais le poids des notes, j'inventais une partition alors que mes oreilles ne se sont jamais résolues à entendre juste. Mes doigts le savaient. Je disais que je faisais de la harpe, mais une harpe magique (voyez-vous) ne sachant pas le nom de cet instrument imaginaire. Une harpe où la main droite joue et où la main gauche dirige.



Aujourd'hui, plus d'une décennie plus tard, je sais. Merci Google. Je n'avais jamais vu, jamais entendu, mais ce n'était pas nouveau. Mon imagination est connectée au réel il faut croire. J'ai tout de suite reconnu la posture, et puis le son de cet instrument incroyable : le Thérémine. Même mon correcteur d'orthographe n'en croit pas ses yeux. Alors il y a bien un nom ? Oui, il y a bien un nom, il y a même quelques enregistrements sur youtube. Il y a même quelques virtuoses. Et surtout il y a mon coeur qui bat de se souvenir de jouer en secret pour ne pas être vue imaginer ainsi ce qui ne peut pas, n'est-ce pas ? Et pourtant si. J'ai toujours voulu que cela soit vrai, et cela est vrai.

A Brocéliande, une feuille morte entre les mains. Je la serre contre mon coeur lové sous la peau de mes mains et je souhaite. Je frotte la feuille dans mes doigts sentant dans mes pores la suie d'un arbre brulé par la foudre avant qu'il ne soit recouvert d'or. Je soupire et la feuille vole d'entre mes doigts. Elle se couche sur la surface de l'eau de la source magique. J'attends les bulles qui sortiront de la terre pour exhausser mon souhait. Les bulles surviennent timidement, je me tourne vers mon amie. « Qu'est-ce que tu as souhaité ? — L'amour. — Moi aussi. » Je voudrais qu'elle ait été exhaussée, elle aussi. J'ai voulu que cela soit vrai, et cela est vrai.

C'est toujours vrai depuis l'instant où l'être se souvient.

8 commentaires:

  1. C'est doux et romantique, fantastique et merveilleux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie… C'est l'effet Thérémine, comme une voix humaine. :-)

      Supprimer
  2. Oh c'est joliment écrit! Je ne connaissais pas le thérémine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Google a créé aujourd'hui un petit jeu en l'honneur de l'instrument. Je le connais grâce à lui :-) C'est une belle découverte !

      Supprimer
  3. Quel joli souhait...
    Le thérémine, un instrument chelou mais que j'affectionne aussi depuis que je l'ai connu via Danny Elfman, alors pour moi aussi il me fait faire un sacré bond de plusieurs tas d'années! Il sait mettre une sacré ambiance cet instrument, et il a le mérite d'être méconnu, et ça, c'est une vraie qualité parfois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, l'amour, nous souhaitions toujours ça ! Maintenant, je ne sais pas ce que je demanderais si je retournais à la fontaine magique… La liberté ?
      Où peut-on entendre le thérémine avec Danny Elfman ? J'aime beaucoup cet instrument, aux sons continus, on dirait un chanteur.
      C'est quoi "le mérite d'être méconnu" ? Je ne comprends pas ce que tu veux dire ici.

      Supprimer
  4. Je trouve que quelque chose de méconnu fait de cette chose une rareté, et la rareté est précieuse dit-on!

    Pour Danny Elfman, tu en trouves dans la BO de Mars Attacks et dans des concerts qu'il a donné dans lequel il s'en sert. Je n'ai pas de liens à cet instant, si j'en trouve, je ne manquerais pas de t'en faire part :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que la rareté est précieuse parce qu'une entité rare est facilement sujette à la disparition. C'est évidemment relatif. Pour les poissons, par exemple, il faut un grand nombre de spécimens pour entretenir l'espèce.

      Merci pour les références, je vais trouver sans peine avec ces précisions ! Je vais commencer par la BO de Mars Attacks. Je n'ai pas vu le film, ce sera une belle nouveauté.

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *