Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

dimanche, juillet 26, 2015

Elle n'ira pas à l'école


Mon ventre était rond que déjà nous le disions. Elle n'ira pas à l'école. Cette phrase est si facile à dire. "Oh, elle est plutôt petite comme fille. Faut qu'elle grandisse un peu, sinon à l'école ça ne sera pas facile, elle va se faire taquiner." Je pourrais répondre qu'elle a déjà bien appris à ne pas se laisser faire, au toboggan du jardin public, ou à la maison contre le Loup qui cohabite avec nous, mais c'est tellement plus simple et plus rapide de dire : "Elle n'ira pas à l'école, comme ça, c'est réglé !" Soyez certains qu'on ne me demande jamais de précision.

Transmettre nos valeurs
Ce n'est pas vraiment que nous pensons, l'Explorateur et moi, que l'école c'est le mal et que les instituteurs ne font pas bien leur travail, pas du tout. L'école, c'est plutôt pas mal et je suis assez contente d'en avoir profité. Seulement voilà, nous allons tout droit vers un mode de vie qui nous permet de faire autrement, qui nous permet d'éduquer notre fille selon des valeurs qui nous sont chères. L'autonomie. La curiosité. La libre pensée. L'ouverture vers la différence. En plus de 20 ans d'école, je n'ai jamais vu ses valeurs là-bas.

A trois sur la vaisselle, ça va bien plus vite !

Et parce qu'en matière d'éducation et de pédagogie je suis certaine qu'il ne faut jamais s'appuyer sur sa propre expérience (chaque enfant est différent), j'ai observé et interrogé mes élèves. Ils ont été élevés dans la comparaison, dans l'évaluation, dans les notes, dans le refus de voir d'autres élèves plus forts ou plus faibles, dans les devoirs, dans les matières imposées, dans les orientations professionnelles, dans l'attentisme, dans l'idée que l'école est obligatoire. J'ai aussi été élevée comme cela et pourtant je ne regrette pas quel tournant a pris ma vie, mais je prends l'école (de la primaire jusqu'au collège) comme une sacrée perte de temps. Je ne compte pas le nombre de choses que j'ai dû désapprendre avant d'entrer fièrement dans la vraie vie. Avant de laisser exprimer mon intelligence et mon envie d'aller plus loin.

Alors oui, elle n'ira pas à l'école. Parce que nous lui dirons que l'école n'est pas obligatoire.

Comment l'instruire ?
Et comment ferons-nous ? Ah ça… Ca ne m'inquiète absolument pas. Comment avons-nous fait jusque là, depuis sa naissance ? Nous nous sommes instruits, nous avons appris comment éduquer un enfant et nous comptons bien continuer à apprendre. En ce moment, ma fille apprend le français et la langue des signes, elle apprend les gestes de la vie courante, elle apprend des gestes moins communs (escalader, se suspendre, sauter, glisser…), elle apprend dans les livres, elle apprend en observant les phénomènes, elle apprend en essayant. Elle apprend à vivre avec des enfants plus jeunes et plus vieux, à vivre parmi les adultes. L'école n'a pas le monopole de l'instruction.

Elle qui refuse de trier les couleurs, quand elle enfile les perles
c'est toujours selon le motif rouge-bleu-rouge ou tout rouge, puis tout bleu.

Depuis que j'ai débuté ma carrière d'enseignante —c'est mon jeune métier, en plus de celui d'écrivain— je me suis bien rendu compte que l'apprentissage faisait parti des rares phénomènes qui n'étaient pas sujet à la gravité. L'enseignant a beau se placer aussi haut qu'il veut au dessus de l'enfant (au sens propre comme au sens figuré), l'apprentissage ne tombera jamais sur l'élève. Apprendre quelque chose, le comprendre est être capable de l'utiliser à bon escient, est un acte intérieur. Ce n'est pas tant l'enseignant qui est important, mais davantage la "nourriture" que l'enfant ou l'ado trouvera autour de lui et l'attitude des adultes qui l'accompagnent.

Une autre vie…
Je suis assez contente de l'idée de ne pas l'envoyer derechef à l'école et plus j'y réfléchis, plus j'y vois des avantages. On partira quand on voudra en vacances (oui, si ma fille ne va pas à l'école, ya pas de raison pour que moi j'aille au travail ^^), on pourra continuer à faire toutes les sorties qui nous font envie (musée, parc, …), elle pourra faire toutes les activités extra-scolaire qui lui plairont puisqu'elle ne sera jamais fatiguée de sa journée d'école et qu'elle aura surement super envie de sortir de la maison, elle pourra dormir tout le temps qu'elle veut le matin (pour bien grandir !) (et nous aussi du coup !) (même si nous ne grandissons plus depuis longtemps…). Ne pas aller à l'école lui permettra d'apprendre partout, de tout, de toutes les façons qui soit, comme dans la vraie vie en fait.

C'est la vraie vie de passer le balai ??

Il parait que ça ne sera pas la préparer à vivre une vie d'adulte. C'est surement vrai si être adulte c'est faire ce qu'on nous demande, si être adulte c'est être noté constamment et l'accepter, si être adulte c'est ne pas vouloir inventer une société nouvelle, si être adulte c'est ne pas savoir apprendre par soi-même, si être adulte c'est ne pas avoir des amis de tout âge et de toute origine, si être adulte c'est vivre sous des contraintes diverses et variées perpétuelles… Je ne crois pas qu'en n'envoyant pas ma fille l'école, je lui interdis de créer sa propre vie d'adulte.

Quelle petite fille studieuse !

C'est une belle décision que nous avons prise. Elle n'ira pas à l'école.

23 commentaires:

  1. Tu as l'air très convaincue par ton choix, et tant mieux, car tu auras des difficultés à surmonter (notamment administratives) ainsi que de nooooooooooombreux controles obligatoires par le CNED et souvent aussi inspecteur d'académie et assistantes sociales.
    La déscolarisation a ses avantages, mais aussi ses inconvénients, et même si je ne suis pas du tout d'accord avec ce choix, je le respecte (on ne doit pas juger les familles, chacun ses besoins, ses envies, et ses motivations!) et te souhaite, pour toi et surtout pour Enora, la meilleure réussite possible! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité, la petite Loutre ne fera pas école par le CNED. Nous aurons droit à partir de ses 6 ans à une inspection par an, histoire de vérifier si elle est bien instruite (et pas au travail forcé ^^) Nous verrons ensuite lorsqu'elle sera plus grande si elle préfère aller à l'école ou rester en instruction libre.
      Merci pour tes voeux de réussite ! C'est une aventure celle d'éduquer ses enfants et ce n'est facile pour aucun parent, quelque soit ses choix.

      Supprimer
  2. Entièrement d'accord sur ce point: l'éducation de nos enfants est une aventure, que chacun vivra différemment, école ou pas! ;) En ce qui concerne petite loutre, c'est le seul point qui ne m inquiète pas: elle a des parents formidables et intelligents, ouf! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sheepy, ça me touche…



      Mais attends ! Le seul point qui ne t'inquiète pas ??? Tu t'inquiètes pour quoi alors ??? :-D

      Supprimer
    2. Oh tu sais moi l école à la maison, tout m inquièterais, surtout mes capacités à le faire correctement, entre autres choses (sociabilisation, avenir, ect...); mais avec toi et Francois, ce point là est géré! ;)

      Supprimer
    3. Je comprends tout à fait tes craintes et je les partage avec toi. Mais je les partagerais aussi si je voulais qu'Enora aille à l'école ! :-D

      Supprimer
  3. Magnifique décision et surtout quelle chance de pouvoir la prendre ! J'aurai tellement aimé pouvoir m'occuper de ma fille au moins jusqu'à ses trois ans... Malheureusement ce n'est financièrement pas faisable. Par contre je ne pourrais pas ne pas la mettre à l'école (à cause de mes propres craintes) mais j'admire le courage et la volonté que vous avez !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire ! Il est vrai que faire l'ecole a la maison est un projet qui concerne toute la famille, aussi bien au niveau materiel qu'au niveau de l'implication de chacun. Mais je reste persuadee que l'amour des parents et leur desir de respecter leur enfant est preponderant dans l'education. Nous sommes leur point de depart, qu'ils aillent a la creche, a l'ecole ou a la maison.

      Supprimer
  4. Je suis d'accord avec toi, l'école est contraignante et parfois même violente. Toutefois, il n'est pas donné à tous les parents de pouvoir instruire son enfant (manque de temps, de compétences, de volonté) et dans ce cas, l'école se révèle d'une extraordinaire utilité pour proposer l'essentiel : l'apprentissage de la vie en société et la découverte des autres dans leurs différences.
    Bonne route à tous les 3 ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons la chance (enfin la chance : on a un peu fait exprès aussi ^^) d'avoir un mode de vie qui nous permet de choisir entre les différentes méthodes proposées pour éduquer notre fille. Il se trouve que l'école à la maison correspond le mieux à ce que nous désirons et à ce que nous vivons !
      Je ne vois pas l'école comme l'option destinée aux familles qui ne peuvent ou ne veulent pas instruire leurs enfants. Déjà parce que l'école ne fait pas tout (oui, même les enfants qui vont à l'école ont besoin de référents dans leur vie ! Et leur éducation ? Qui s'en occupe ? Surement pas l'école !) et puis parce que l'école est très riche : elle dispose d'enseignants spécialisés, de matériel, de recul, d'un grand nombre d'élèves variés… Il y a quand même de quoi plaire !
      Et même si la petite loutre n'ira pas à l'école, elle sera instruite dans l'idée que l'instruction permet de s'émanciper, permet de devenir une adulte accomplie et libre dans ses positions, éloignée de l'ignorance. Oui, parce que l'école m'a appris ça et je compte bien, moi aussi, le transmettre.

      Supprimer
  5. Trés beau billet! Nous aurions aimé pouvoir le faire mais nous ne pouvons pas malheureusement quitter nos emplois ! Super choix !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire Audrey ! J'ai vu sur ton blog que tu avais 4 enfants : ça fait une sacrée équipe !!
      Je travaille à la maison et François changera dans un ou deux ans de métier, il sera alors plus disponible. Ça aide :-)

      Supprimer
  6. Cette idée me trotte dans la tête depuis un moment, et je te dis bravo d'avoir tranché et d'avoir pris cette décision!

    Mon fils entre en maternelle en septembre, l'école suit les idées Montessori et la structure est très petite, tout ça m'a donné envie de "tenter" l'école en plus du fait qu'aucun de moi et mon compagnon ne peut pour le moment arrêter de travailler.
    Mais, toujours dans un coin de ma tête je me laisse cette porte de sortie "si l'école se passe mal, si mon fils n'y trouve pas un épanouissement suffisant, alors je l'instruirai moi même"!

    C'est terriblement controversé dans notre société. La plupart des gens ne cherche pas plus loin que l'étonnement ou même la sidération, mais ils oublient que l'école n'est pas une obligation, mais uniquement l'instruction, et qu'elle est source de souvenirs positifs mais est également un lieu de traumatismes pour une bonne partie des enfants, rajoutons à cela le fait que l'école classique comme nous la connaissons pour la plupart est également source d'échecs scolaires, les élèves étant trop nombreux pour si peu de professeurs, la prise en charge est donc souvent insuffisante.

    Bref, j'adhère complètement à ta décision!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de rencontrer un peu de soutien dans cette décision grâce à ce petit article ! Merci beaucoup pour ton commentaire.

      Les plus sidérés seront mes parents je pense. J'essaie de leur inculquer l'idée au compte-goutte. J'en parle à mon frère (qui fait le rapporteur auprès de ma mère…), je dis que la petite loutre n'ira pas à la maternelle, et peut-être ni même en primaire. Ca m'embêterait que cette idée les embête.

      Pour nous, c'est l'inverse : on garde l'école comme porte de secours. Si vraiment on n'y arrive pas, si la petite loutre ne s'épanouie pas avec nous, et si et si… Elle ira à l'école. :-(

      Tu dis que la future école de ton fils suit les idées Montessori… As-tu appliqué la philosophie (ou même la pédagogie) Montessori avec ton fils jusque là ? J'ai pris beaucoup d'idées dans les écrits de cette femme pour me forger ma place de maman.

      Supprimer
  7. Ton article résume assez bien ce que je pense aussi, avec mon chéri ,on en discute pas mal et l'école à la maison nous parait vraiment bien pour apprendre car nous trouvons que l'école est pas toujours adapté.Elle met tout le monde dans le même moule et faut suivre.Le hic c'est qu'on est tous différent, c'est ça que je veux cultiver,que certaines méthode d'apprentissage ne conviennent pas à certains et qu'il faut savoir s'adapter car c'est ce qu'on nous demande adulte,savoir s'adapter et pourtant je trouve que certain profs ne le font pas(manque de temps,d'envie...)enfin voilà mon point de vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire Kayssy. Tes (ton ?) enfants ont quel âge ? Vous comptez donc faire l'école à la maison également ?

      Supprimer
  8. mon petit a 18 mois et le prochain prévu pour octobre.J'ai une grande de 16 ans et c'est en voyant les "raté" des instits,profs que je pense sérieusement à ne pas scolarisé les 2 autres.Là je commence à me renseigner, regarder les divers méthodes, support pour les accompagner au mieux .Pour ma fille, je ne savais pas et je ne pouvais hélas pas le faire mais quand j'ai senti son soucis de dyslexie, de problème d'attention, j'aurai été consulté direct , alors que là,j'ai demandé au instit,prof et eux m'ont affirmé que ma fille était juste fainéante.C'est pour ça que maintenant,on a orthophoniste toute les semaine pour corriger ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les professeurs ne sont souvent pas très formés pour faire face (et constater) les petites différences de certains élèves. C'est bien dommage que ta fille ait souffert de ce manque de compréhension et de cette ignorance. C'est souvent que les parents doivent dépasser l'opinion des instituteurs et des professeurs pour que leurs enfants soient pris en charge correctement. Ce fut le cas notamment de mon frère et de l'une de mes élèves de l'année dernière et à présent que leurs soucis ont été correctement compris, ils s'en sortent tous les deux très bien. Je suis certaine que ta fille arrivera à surmonter ces années de frustrations !

      Ma fille a le même âge que ton fils ! Je pense que je ferais part à travers ce blog de nos réussites et nos déboires en matière d'instruction et d'éducation.

      A bientôt !

      Supprimer
  9. quel beau billet!!!
    j'aurais adoré faire l'ecole à mes enfants!!! je suis resté 5 ans 1/2 a élever mes filles j'ai adoré mais je suis pas une femme d'interieur j'ai besoin de voir du monde !!!
    je vous souhaite une belle aventure et je vous suivrais d'un oeil bisous a votre princesse qui est à croquer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Milka pour ce commentaire extra :-D
      Ma petite loutre non plus n'est pas une femme d'intérieure, il faut sortir souvent en vadrouille avec elle !
      Bisous, à bientôt :-)

      Supprimer
  10. Tu as de la chance de pouvoir l'envisager. Moi, même si ma mère était prof, je ne me sens aucune capacité pour lui faire l'école.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'être prof (ou instit') et être maman est tout à fait différent, même si nos enfants sont instruits à la maison. Il n'est pas question de se déguiser en maitresse d'école 4/5h par jour pour faire la classe.
      Je te souhaite de passer de bons moments avec le futur petit nouveau que tu attends. Merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  11. Félicitations pour ce choix de vie, l'école pour moi n'apporte rien.
    L'instruire a la maison, au moins lui permettra de grandir tranquillement, a son rythme pas enfermé dans une classe a suivre un programme qui doit est fait en une année.
    Les enfants pour moi sont placés a l'école trop tôt, on les mets dans cette jungle scolaire ou il règne la violence dès la maternelle.
    Je voulais vraiment vous dire que le choix que vous avez fait est admirable, j'aurais aimé avoir une mère comme vous, moi qui a tant souffert de ces années d'écoles.

    RépondreSupprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *