Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

mardi, septembre 23, 2014

Stopper les tétées de nuit ! (partie 1)

Le sommeil de la petite bulle n'a jamais été quelque chose de compliqué à gérer. J'ai entendu de nombreux parents se plaindre de leurs enfants qui ne savent pas faire leur nuit. Je ne sais pas exactement ce que cela signifie, l'adorable a toujours fait ses nuits. Il est vrai que le premier mois de sa vie, elle se réveillait souvent pour réclamer du lait, ce que je comprenais très bien : il y avait à peine quelques semaines, la Louloute se nourrissait 24h sur 24, la sensation de faim était quelque chose qu'elle ne connaissait pas ! Il y a bien eu aussi les deux semaines où son ventre la tiraillait*, elle dormait alors très mal, mais comment faire ses nuits lorsque son ventre se tord comme si l'on avait attrapé une tourista ? De tout cela, nous ne nous en sommes jamais plaint, ça aurait été stupide d'ailleurs. "Quelle plaie cette petite qui ne veut pas dormir ! Mais qu'elle souffre en silence à la fin !", ça aurait fait bizarre…

Et puis il y a eu ces fameuses nuits où, à quatre semaines d'âge à peine, la petite bulle a préféré poursuivre son sommeil que de me demander à téter. La première fois je l'ai doucement réveillée et lui ai proposé le sein, trop surprise pour comprendre. La seconde nuit, l'Explorateur m'a demandé de me rendormir. La troisième nuit, j'ai dormi bizarrement. Et puis je m'y suis fait, très doucement. L'adorable avait sommeil, "Quelle plaie cette maman qui ne peut se faire à l'idée que je suis autonome !" Aux trois mois de la Louloute je décidai de laisser tomber le cododo*. Tout le monde dormait à la maison, sauf moi : je veillais trop !

Un peu plus grande, la petite bulle commença à réclamer au milieu de la nuit, quelques fois. Nous avons introduit la nourriture solide. Et puis elle a grandit d'un coup ! Elle savait se tourner, se tenir assise, se tenir debout, marcher à quatre pattes, se relever… En à peine quelques semaines ! Elle réclamait toutes les nuits, se rendormait ensuite facilement, mais elle réclamait. Devant cette poussée de croissance phénoménale, je comprenais qu'elle puisse avoir faim. Alors les tétées de nuit se sont installées, de plus en plus tôt, de plus en plus nombreuses.

Je n'ai jamais pris ces réveils nocturnes comme une régression de sa part. Je savais simplement qu'il était possible pour elle de dormir toute la nuit, puisqu'elle l'avait déjà fait. Petit à petit les tétées nocturnes me fatiguaient, moi et le papa explorateur. J'ai commencé à m'interroger dessus et à me demander si je ne pouvais pas convaincre la Louloute de les stopper…

Pourquoi réclame-t-elle la nuit ?
Les nuits de la petite bulle sont extrèmement longues : coucher entre 19 et 20h, levé entre 6h et 8h. En dix heures de temps, elle a largement le temps de digérer son repas du soir ! Même s'il est particulièrement copieux ! Alors, son estomac vide, elle commence à avoir faim. Elle se réveille, elle sent qu'elle a faim, elle réclame. C'est tout à fait logique et défendable. Il se trouve simplement que pour manger, elle a besoin de sa maman. Donc elle l'appelle. La maman se réveille. Elle est encore fatiguée. Elle aime les câlins avec la Louloute, mais dormir toute une nuit avec son amoureux de toujours, l'Explorateur, ça lui donne bien envie aussi. La maman rouspète, mais la petite bulle s'en fiche. C'est le ventre qui parle !

Pourquoi ne devrais-je pas lui refuser ?
Si elle demande, c'est qu'elle en a besoin. Et puis ce n'est pas parce que petite elle préférait se rendormir seule qu'à présent elle est obligée de faire de même.


Et pourtant…
Et pourtant j'aimerais avoir une nuit complète avec l'explorateur. Et pourtant me lever, chercher l'adorable, l'allaiter, la recoucher, tout cela me pèse, même si bien souvent ces taches sont partagées avec le papa. Cela me pèse, malgré tout l'amour que j'ai pour la petite bulle ! Je ne suis pas une mère indigne, je suis une mère qui aime dormir.
Je me suis dit : la petite bulle a 8 mois, elle a suffisamment de réserves pour tenir 10h sans manger. Elle a faim pendant la nuit, mais cela m'arrive également. Lorsqu'on a faim, il y a toujours un moment où le ventre gargouille fort, et puis tout s'apaise doucement. A midi on a faim, à 14h, même sans manger, ça ne devient plus si grave que cela. L'adorable doit pouvoir tenter cette expérience.

Le bon moment
J'ai longtemps hésité avant de tenter l'expérience, ne sachant pas si ma démarche était légitime. J'ai lu dans plusieurs livres que lorsqu'on cherchait à sevrer le bébé la nuit, il était judicieux de demander au papa de prendre le relais. Bizarrement, cela ne me parlait pas du tout. Je ne voulais pas être absente dans cette étape de la vie de la Louloute, je ne voulais pas que ça soit une démission de ma part, mais bel et bien un changement dans la façon qu'elle a de gérer son sommeil.

Et puis l'explorateur est parti deux nuits en déplacement. Prévoyant de nombreux pleurs d'incompréhension ou de colère, je me suis dit que c'était le moment ou jamais de tenter le coup ! Une nuit sans téter, entre elle et moi. Une nuit d'amour, mais d'un amour sans lait !

A suivre…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *