Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

mardi, juillet 04, 2017

Les 12 Salopards




Style : Voie équipée 
Dénivelé de difficulté : 300 m
Longueurs : 10
Cotation : ED- 6b+/6b/6a/6c/6b+/6b+/6b+/7b/7a/6c
Site : Verdon
Grimpeur : Lucas et Safran



C’est la deuxième fois que je pars dans une cordée à trois cette année. Lucas et Safran ont eu la gentillesse de m’inviter. J’ai passé une super journée avec eux. On a miraculeusement évité le vent et le soleil brûlant. Je n’ai jamais fait cette voie mais elle a été ouverte par Catso, Marc Obtetar et leurs 12 stagiaires (d’où le nom) alors je ne suis pas trop inquiet.

L0

Mon approche a commencé par un petit tour de VTT à la fraîche pour rejoindre La Palud. Ensuite c’était super tranquillou, le départ de la voie est au bout du secteur de couenne du couloir Samson et avec son R0 on ne peut pas la confondre avec les autres.

L1 - 6b+

J’aime bien commencer pour être tout de suite dans la voie. Les gars sont sympa, ils me laissent partir en premier. Cette première longueur est un peu en traversée, déversante mais avec de bonnes prises. Ça chauffe sans cramer, juste de quoi faire quitter le pull. J’ai juste failli rater le relais, ce qui est un peu improbable quand on le connaît. Il est situé sur une grosse vire, presque une baume. Je suis passé devant sans voir les 2 spits caractéristiques et voyant que ça repartait assez dur je me suis dit que c’était mort, le relais devait forcément être quelque part dans le coin.

L2 - 6b

Toujours un peu traversant mais j’ai trouvé cette longueur plus facile et même un peu végétalisée à la fin.

L3 - 6a

C’est Lucas qui s’attaque à ce morceau. Le 6a devait vraiment être au tout début parce que rapidement ça devient de la rando alpine Safran et moi on arrive au relais avec 20m de mou dans les mains.

L4 - 6c

Pour cette longueur j’avoue que je suis jaloux de Lucas. D’autant qu’il ne l’a pas trop aimé je crois. C’était un peu bourrin sur de grosses strates en mode Cliffhanger ou Tom Cruise dans M:I-2


Ce sont les 2 seules longueurs au soleil que faisons de la journée. Le relais de Lucas est bien foutu, juste sous un parasol naturel.

L5 - 6b+

La première longueur de Safran elle est nulle! C’est même plus du jardinage c’est du labourage.

L6 - 6b+

Celle-ci est plus sympa et plus technique.

L7 - 6b+

Trop cool avec un bon pas de bloc au début que les gars n’ont pas trop aimé. Tant mieux, c’est moi qui étais en tête. La suite est un peu plus terreuse jusqu’à la base d’un dièdre magnifique.
Bon et là j’ai fait le boulet. Il existe une variante de Bruno Clément qui part à gauche. Pour faire simple, il a rajouté un relais qu’il faut ignorer et contourner quand on fait les 12 salopards. Moi je m’y suis arrêté en me disant : « zut il avait l’air trop bien ce dièdre! »
J’ai mis un peu de temps pour comprendre donc tant pis, les gars m’ont rejoint et je l’ai fait en deux fois. La seconde partie était très intéressante. Après le joli dièdre il fallait faire une trav délicate sur goutte d’eau.


L8 - 7b

J’ai motivé Safran pour faire cette longueur, le début à l’air simple, la difficulté doit être dans la trav. Il n’a jamais fait de 7 en grande voie encore, ça lui met un peu la pression. Au final il s’en sort très bien. Il prend juste un vol dans la traversée sur goutte d’eau et c’est davantage une erreur de lecture (pas facile dans les trav franchement horizontales) qu’une question de technique ou de force. Il est mitigé entre la déception de ne pas avoir enchaîné et la « satisfaction » d’avoir pris un vol en grande voie. En tout cas il s’est éclaté en grimpant et ça se voit, c’est toujours bon pour le mental de grimper des longueurs comme ça.


Par contre pour limiter le tirage il n’a clippé qu’une corde sur deux dans la trav. En temps normal (pour une cordée de 2 personnes) ça ne pose pas de problème mais là à 3 ça craint un peu. Ça veut dire qu’en cas de chute on peut se prendre un méga pendule. Lucas me reclipe mes dégaines au passage (sympa le mec) et je le regarde s’engager dans la traversée en 7b. La prochaine dégaine dans laquelle sa corde passe et au moins à 7m de lui sur la gauche. S’il tombe je pense qu’il se retrouve de l’autre côté, dans les pieds de Safran, au relais. Il arrive à me foutre les jetons à sa place!



Lorsque c’est mon tour c’est plus facile. J’ai vu par où ils étaient passés et je trouve toutes les gouttes d’eau sans trop de problèmes. J’ai enchaîné mais ça m’a un peu fatigué.

Mmmm le relai tout confort! J'ai hâte d'y rajouter ma paire de petons, on va être bien à trois ici...

L9 - 7a

Le départ est super dur 2m après le relais. C’est une espèce de dalle où il faut jouer à l’équilibriste. Je réussis et me fais sécher juste après pour récupérer. Un deuxième pas se situe un peu plus loin à la sortie d’une petite vire. Je l’ai trouvé plus dur que la longueur précédente.

L10 - 6c

Cette dernière longueur est un peu plus facile que les précédentes mais ça continue quand même de grimper et je n’arrive pas à enchaîner. Après une jolie trav (que les autres ont lâchement shunté!), ça se redresse franchement. Je tente bien de me refaire sur une grosse fissure oblique mais rien n’y fait, je suis cramé et je devrais me reposer sur la dégaine avant de repartir et d’atteindre, enfin, le sommet.

Il est 19h, le soleil baisse à l’horizon, il est tant de rentrer. Il nous faudra quelques minutes pour retrouver le sentier de retour de l’Offre et de pouvoir attaquer la descente à proprement parler. Arrivé en bas on s’offre un petit bain dans le Verdon histoire de bien finir la journée. Et voilà, une Catso de plus sur la liste!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *