Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

mardi, mars 21, 2017

S11 - On se fait des amis


Une semaine riche en rencontres.

Lundi

Ca fait toujours couic dans notre camion. On met le nez dedans, on cogite mais on ne voit pas exactement ce qu’il faut tourner, serrer, ajouter ou retirer. Tanpi, en me baladant au pied de la falaise je rencontre Simon. Il est un peu dégouté, il avait prévu de faire une grande voie mais son second est malade. Moi je dois grimper à St Bau mais il n’y a encore rien de sûr. Après un pti coup de texto, c’est sûr, je suis libre pour faire une grande voie. Le rendez-vous est pris, demain on fait "La Walker des guarrigues". Ce soir on a un wok tout neuf à essayer, c’est Céline qui l’inaugure. Je suis un peu stressé pour demain. Notre chasseuse-cueilleuse le voit bien et se propose de me faire une tisane. La Loutre revient me voir avec une petite branche et me dit:
- « Ça c'est du thym »
- « C’est exact, tu peux le ramener au camion, on en a presque plus. »
Je la suis au camion pour lui montrer le flacon et je tombe sur une énorme boule de thym, elle n’en était visiblement pas à son premier trajet…
- « Je crois que c’est bon là ma louloute, on a de quoi faire ».
On remplie notre flacon et on met tout le reste (une bonne poignée) dans la casserole pour faire ne infusion. Je n’avais jamais bu une tisane de thym aussi concentrée! 

Mardi 

2h00 : je me lève pour vérifier qu’il n’est pas déjà 6h00.
3h24 : je check que le réveil est bien mis.
4h12 : il me semble que là il est 6h00.
5h30 : c’est bon le réveil n’a pas sonné, il me reste un peu de temps pour dormir.
6h00 : j’appuie sur le snooze.
6h02 : j’appuie sur le snooze.
6h04 : j’appuie sur le snooze.
6h06 : je finis par me lever, la walker m’attend…

11 longueurs plus tard (dont trois dans le 7) et après 9h de grimpe on revoit enfin le soleil (qui se couche). C’était génial, j’espère que c’est la première voie d’une longue liste dans cette difficulté. 

Pendant ce temps les filles ont visité les abords de la falaise de St Bau et ont fait un peu de lecture.
En plus de la lecture, les filles ont fait ce superbe petit outil permettant de réduire les embrouilles temporelles avec la Loutre.

Mercredi

C’est réparé, plus de couic ! Pour fêter ça on va au LAEP. On y rencontre Amandine et son fils Paul (enfin surtout moi, Céline les connaissait déjà) puis Guillaume, son mari, autour d’un apéro, chez eux. Ça fait plaisir de rencontrer de nouvelles personnes.

Jeudi

Amandine est arrivée récemment et ne connaît pas encore la falaise voisine. De là-haut la vue est belle et j’irai bien grimper s’il y a du monde. On va y faire un tour mais nous passerons finalement toute la journée ensemble. On va tous au LAEP où notre Loutre devra faire face à une terrible crise du partage du jouet et on se sépare de notre nouvelle amie et de son fils. Pour notre Loutre c’en est trop : d’abord elle doit partager les poussettes avec les autres enfants et maintenant elle doit dire au revoir à Amandine qu’elle aime trooooop ! Elle pleure longtemps.

Vendredi 

On retourne à St Mathieu pour récupérer les perles à compter de la Loutre et on va à Tressan après un passage à la gendarmerie : eh oui on va voter de loin ! On finit la journée dans un parc avec la slackline.
Et on enfile des perles !

Samedi

On participe à une journée autour du thème de la naissance respectée. Cette journée est à multiples intérêts. En tout premier lieu cette manifestation est l’occasion de rencontrer Sandra et sa famille. Une famille que nous avons rencontrée à côté d’Avignon nous avait parlé d’eux. Ils ont une vie similaire à la nôtre mais avec quelques années de vécu en plus et surtout ils sont très sympas. Ensuite nous avions vu qu’un tas d’activités étaient proposées pour les enfants. La Loutre était ravie, le matin il y avait un atelier de cirque alors évidemment elle s’est fait remarquer. Je pense qu’elle ira faire un stage d’une semaine en avril, ça lui plaira beaucoup. Par la suite il y eut des spectacles avec de la semoule fine, des ateliers de sculpture d’argile, de coloriage... le paradis des enfants ! Enfin, et c’était quand même le thème principal de la journée, nous avons assisté/participé à des interventions sur le thème de la naissance respectée. Étant donné qu’il y’a quelque temps nous réfléchissions à la venue d’un second enfant, ça tombait au poil. Je vais prendre ici le temps de vous livrer nos impressions.

Ce terme de naissance respectée englobait l’accompagnement de la grossesse (type haptonomie), le respect des femmes et de la sage-femme qui les accompagne lors de l’accouchement et surtout l’accompagnement des femmes désirant accoucher à la maison et qui implique un suivi particulier. Nous nous sommes rendu compte que notre vision de l’accouchement à la maison était complètement faussée. L’idée que nous avions de l’accouchement en lui-même était conforme au récit des intervenants. Nous savions que les risques étaient minimisés du fait que toute la grossesse était suivie par une seule et même sage-femme et que celle-ci était présente tout au long de l’accouchement. Par conséquent, une personne compétente et expérimentée est là pour prendre la décision de partir à l’hôpital en cas de complication et ce, bien avant que celles-ci ne deviennent critiques. C’est plutôt le côté administratif que nous avions occulté, le fait que seule une cinquantaine de sages-femmes accompagne les accouchements à domicile en France, que celles-ci prennent le risque de se faire radier de leur ordre en cas de pépins et que la pression est telle que certaines refusent de continuer sans une collègue qui les suit dans l’aventure. Nous pensions que pour l’accouchement on choisissait un peu comme dans un catalogue:
- Avec ou sans péridurale ?
- Sur place ou à emporter ?

En fait non, choisir l’accouchement à la maison est presque un acte militant !
Slackline au dessus des vignes de Tressan.

Dimanche

Ce matin une dame d’origine allemande se promène dans le parc avec nous. On papote, elle est très sympa. La Loutre montre à son fils comment dresser Jedi, il est vraiment très doux avec les enfants, plus qu’avec moi ! On file en direction des Gorges de la Jonte. En chemin on s’arrête à la Couvertoirade. C’est un ancien village de templier, il est fortifié et un moulin à vent trône au-dessus de sa colline. La Loutre adore les châteaux, même quand elle est fatiguée ! 
On se gare pour la nuit vers la Blaquererie. Je me souviens qu’il y a des blocs dans le coin. En me promenant je tombe sur un visage connu. Il s’agit de Mateos, un grimpeur à l’accent des Balkans rencontré la semaine précédente au Joncas. C’est fou quand même, on est en plein milieu du Larzac et je tombe sur quelqu’un que je connais ! Le soleil se couche, les blocs attendront bien demain matin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *