Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

mardi, février 21, 2017

Tournage de Otto, le micro documentaire de Paul Peeters

C’est une histoire que je trouve un peu folle alors j’ai bien envie de vous la raconter du début. Elle a commencé il y a plus de dix ans. J’avais participé à un concours de poésie et j’avais fait partie des lauréats. Un voyage était organisé dans la vallée d’Aoste pour que tous les gagnants du concours puissent se rencontrer. Margaux faisait partie des lauréats elle aussi, nous nous sommes connues grâce à ce voyage. Je me souviens d’avoir participé au cours du séjour au même atelier d’écriture qu’elle. J’ai depuis oublié le nom de l’écrivain qui l’animait, mais je me souviens bien de sa réponse à la question : « Comment êtes-vous arrivés à écrire et à proposer la poésie qui vous a permis de gagner ce concours ? » Je vais garder le souvenir pour moi, sachez simplement que j’avais retrouvé dans sa réponse un peu de ma propre spontanéité dans l’écriture (du coup, oui j’avais aimé ^^) et une certaine habilité à profiter des occasions. D’ailleurs, vous le verrez au fil de mon histoire, Margaux n’a pas changé.

Pendant dix ans donc, nous nous sommes à peine contacter. La commande de mon livre, quelques remarques sur Facebook peut-être, un commentaire ou deux sur nos blogs respectifs (d’ailleurs, n’hésitez pas à visiter le sien, ses photos sont toujours superbes !). C’était une connaissance latente que je savais bienveillante. Et puis, fin janvier, je reçois un e-mail de sa part. Son compagnon, Paul Peeters, est cameraman. Ils souhaitent créer ensemble des films et des documentaires indépendants. Ils ont besoin pour cela d’une caméra professionnelle. Sony organise un concours de mini documentaire avec à la clef une caméra vraiment tip-top, c’est une occasion à ne pas manquer ! Seulement voilà, ils leur faut un sujet pour leur vidéo. Nous en venons à l’objet de son e-mail : acceptons-nous d’être leur sujet ?

Paul et Margaux habitent en Belgique, nous étions à l’ouest de Marseille… soit près de 1000 km entre nous ! Voici un extrait de notre correspondance :
Nous : Vous disposez de combien de temps pour faire votre vidéo ?
Eux : Le plus tôt serait le mieux. Mais je travaille, nous ne pouvons venir que le week-end.
Nous : Le week-end prochain ? … ou le suivant ? … ou le sur-suivant ? après, ça commence à faire loin.
Eux : Le week-end prochain serait bien, sans vouloir nous imposer.
Nous : Ca marche ! A très bientôt ! Vous pourrez dormir à l’étage du camion.
Eux : Nous ne voulons pas trop vous déranger. Nous emporterons notre tente. Vous voulez des chocolats belges ?
Nous : Ouiiii !!

Comme je vous le disais dans un article précédent, l’attente de leur arrivée m’a paru longue. Et puis nous avons entendu le moteur d’une voiture dans le chemin. François m’a dit : « C’est eux. » J’ai répondu : « Non… Tu crois ? Déjà ? » et je suis allée voir avec Jedi.

C’était eux. Ils les avaient bien parcouru, les 1000 km qui les séparaient de nous. (Quelle folie !) Partis le vendredi dans l’après-midi, ils ont fait une pause pour dormir quelques heures aux alentours de Lyon, puis ont repris la route de bon matin pour arriver à notre lieu de campement peu avant midi. Ils devaient reprendre la route pour rentrer chez eux le lendemain, leurs activités respectives reprenaient dès lundi matin à 6h. Autrement dit : ils ne disposaient que d’une demi-journée pour le tournage ! Ni une, ni deux, Paul se mit au travail.
Je n’avais jamais participé au tournage d’un documentaire, ni même au tournage de quoi que ce soit. Je ne savais absolument pas à quoi m’attendre. J’avais entièrement confiance envers le travail de Paul et Margaux, je savais qu’ils respecteraient nos vies et ne détourneraient pas les images de façon malencontreuse. C’était Paul Peeters qui filmait, pas M6 ni TF1. J’aurais refusé autrement ! :-D

Donc, Paul a sorti une caméra qu’il avait emprunté à l’un de ses amis. Il a accroché un petit micro à mon col, il a glissé l’émetteur dans ma poche après avoir vérifié que tout fonctionnait bien et nous avions pour mission de commencer notre journée normalement. Alors la petite loutre est allée travailler avec François, j’ai rechargé notre réserve d’eau, nous avons cuisiné avant de partir faire un peu d’escalade à côté. Au milieu de cette journée absolument normale, j’avais mon amie Margaux avec qui discuter (mais il ne fallait surtout pas qu’elle apparaisse dans le champ, nous étions régulièrement interrompues par le passage de l’objectif de Paul). Il fallait parfois recommencer une action qui avait échappé à l’oeil de la caméra (mais pas à celui du caméraman). Changer le micro de col lorsque c’était François le plus bavard. Avoir l’air naturel (mais quand je ne souris pas, je fais automatiquement la grimace, ça va se voir si je ne fais pas attention… !). Tenter de pas dire que des choses trop bêtes. Prier pour que le ciel reste dégagé.

Quand je vous disais que cette histoire de documentaire était fofolle, voyez un peu combien le ciel a été de la partie. Il a plu durant toute la semaine avant leur arrivée, il a plu samedi matin, il a plu dimanche matin et… nous avons eu de magnifiques éclaircies durant la demi-journée de tournage ! Paul devait sans cesse régler l’exposition, le passage des nuages devant le soleil ne l’aidait pas du tout. Il se plaignait beaucoup mais j’étais sûre qu’au fond il était plutôt content.

Parce que j’étais curieuse, et lui très sympathique, Paul me montre en passant un petit extrait de ce qu’il a filmé jusque-là. Je suis éblouie. « Mais c’est magnifique ! » C’était super, ça faisait pro. Ce n’était pas étonnant pourtant quand on y réfléchie, puisque Paul est caméraman de métier, mais je vous avoue que j’ai été bien surprise par le résultat. Je me suis dit alors : « Leur documentaire va être superbe. »
Le montage final est à la hauteur de mes espérances, même s’il laisse un petit goût de trop peu. La règle du concours est de créer un documentaire de moins d’une minute. Avec un format aussi court, le moindre détail compte. Il faut que l’histoire avance rapidement, la moindre lourdeur se remarque comme le nez au milieu de la figure. Malgré tout, il ne faut pas aller trop vite de manière à ce que l’oeil du spectateur comprenne ce qu’il voit et s’attache émotionnellement aux éléments présentés… C’est extrêmement délicat. Je pense que Paul a pris le parti de raconter les choses simplement, sans chercher à introduire un grand nombre d’éléments. On y entend ma voix, le prénom de l’adorable  (je vous demanderai donc de ne pas l’écrire dans vos commentaires, pour rester autant que possible discret à son propos), l’Explorateur, le moteur de notre camion avant sa réparation (maintenant, c’est vrai qu’il fait moins de bruit, mais il fume beaucoup plus), et pas Jedi parce qu’il n’aboie jamais (il est parfait ce chien !). Nos voix-off ont été tirées de notre discussion du soir, lorsque nous répondions aux questions de Paul et Margaux.

Ce qu’on voit dans cette vidéo, c’est bien nous au naturel, je peux vous l’affirmer. Et c’est cela qui est si beau dans le documentaire de Paul : il n’y a pas de faux-semblants.

Les photos de cet article ont toutes été prises par Margaux (quand je vous disais qu’elle était super douée en la matière… !). Je vous conseille de visiter son blog pour en savoir plus et voir d’autres photos du tournage. Puisque le concours fonctionne en partie selon les votes reçus, je vous incite vivement à aimer cette vidéo sur youtube. Nos amis ont toute leur chance !!

10 commentaires:

  1. Je te l'ai déjà dit par mail, je veux que tout le monde comprenne à quel point je suis touchée par cet article et de manière plus générale par votre bienveillance à toi et à toute ta famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un plaisir de vous "recevoir" ! A présent, j'espère très fort que nous trouverons un moment dans l'année pour passer plus de temps ensemble. Et cette fois : j'insisterai plus pour vous passer nos couvertures …quoique, si nous nous revoyons en été, ça ne va pas vous rendre service, au contraire ! :-P

      Supprimer
  2. Oh mais il est super frustrant, ce documentaire ! On aimerait vous suivre et vous entendre beaucoup plus :) C'est un peu le cas avec le blog, mais c'est tellement chouette avec ces images en plus ! Il faudra qu'il revienne faire un documentaire complet, je suis sûre qu'en mêlant comme ici vos réflexions sur la vie et vos activités quotidiennes, ce serait passionnant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que Paul y pensait, à faire une version plus longue du documentaire. Je ne suis absolument pas contre. Nous sommes contents d'avoir de si belles images pour illustrer notre vie. Mais avant, il faut qu'il gagne la super caméra ! Je crois les doigts pour eux.

      Supprimer
  3. Même Paul s'y est mis : https://www.facebook.com/paulgpeeters/posts/10154486978057545?notif_t=like_tagged&notif_id=1487712005817324

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paul se trompe : ce n'est pas la patience qui nous rend si dociles mais la peur qu'il place l'une de nos grimaces dans son montage :-P
      Nous étions aussi très contents de le rencontrer. Vivement la prochaine fois !

      Supprimer
  4. Je comprends le format d'une minute, mais qu'est-ce que ça donne envie d'en voir davantage ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être la stratégie de Paul : "Offrez-moi la caméra et je vous filmerai la suite" ^^

      Supprimer
  5. Comme c'est chouette ce petit bout de votre vie ! Très frustrant également, on est lancés, on s'attend à plus ! Quand il aura gagné la caméra, peut-être ? ;)
    C'est vrai que les photos de Margaux sont extras. J'adore son enthousiasme pour Jedi dans son article, je me suis fait les mêmes réflexions qu'elle^^
    En tout cas c'est vraiment sympa le coin où vous avez tourné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'espère ! Quand il aura la super caméra !!
      Les réflexions dont Margaux nous fait part dans son article m'ont beaucoup plu à moi aussi. Elle est très chouette cette femme ! Je suis contente de l'avoir revue :-)

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *