Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

dimanche, janvier 08, 2017

Une fille en forme de koala

Voilà c’est fait, la date est passée, je n’ai plus le droit de tagger mes articles « Avant 3 ans ». J’ai toujours eu du mal à bien saisir son âge. Dans ma tête, la loutre a toujours eu entre 3 et 6 mois d’avance sur son âge véritable. Si bien que durant cette dernière année, alors qu’elle tentait de prendre les choses en main, elle a un peu trouvé le temps long. Voilà plus de 9 mois qu’elle restait bloquée entre 2 ans et demi et presque trois ans. A présent, elle s’en donne à coeur joie lorsqu’on lui demande son âge (les adultes manquent souvent d’imagination lorsqu’ils parlent aux enfants, c’est toujours les mêmes questions !) : J’ai trois ans. C’est clair. C’est lumineux. C’est l’enfance qui débute enfin.

Je dis la loutre mais je vous sers là une autre imprécision. Cela fait bien longtemps encore que l’adorable a choisi son animal. Et ce n’est pas du tout une loutre, elle est formelle sur ce point.
« Je suis un koala !
— Mais les koala ne mangent que de l’eucalyptus.
— Je suis une fille en fait, en forme de koala. Donc, je peux manger des pâtes à la sauce tomate ! »
Logique imparable. C’est un koala, rappelons-le-nous.

Trois ans, complètement passionnée par son passé. Elle regarde les yeux brillants, le coeur battant, les photos d’elle lorsqu’elle était bébé. A l’époque nous prenions bien une vingtaine de photos par jour, elle est servie ! Comme si elle voulait retrouver les souvenirs que son cerveau n’a pas noté, elle détaille chaque détail. Ses vêtements, les personnes qui étaient autour d’elle, nos déménagements de l’époque, la façon dont elle tétait, ce qu’elle mangeait, son regard, ses mimiques…

Avec elle, je redécouvre celle qu’elle était. Le temps a fait son oeuvre, j’ai beaucoup oublié. Et en même temps, pas tant que ça. Oui, j’ai bien oublié la couleur de son pyjama, la place de son lit, ou même la conjonctivite qu’elle avait eu à quelques jours. Mais je n’ai rien oublié de son air étonné, de son sourire mutin sur l’épaule de son papa. Ça, je ne l’ai pas oublié parce que rien n’a disparu. Ce que nous voyions en elle il y a trois ans, nous le voyons encore dans ses gestes aujourd’hui. C’est tout son être. Sa personne. Tout s’exprime selon l’environnement c’est certain, mais tout à sa couleur.

C’est une belle couleur

La loutre va à toute vitesse à vélo pour faire voltiger le papillon de son bonnet

Mais à quoi ressemble la vie avec une loutre-fille en forme de koala de tout juste trois ans ?

Premier point marquant : elle cherche à occuper 120 % de son temps en jouant. Quitte à manquer des repas, à ne plus dormir du tout, l’important est de jouer. Autre chose, il faut continuellement parler. Parler, parler, et surtout entendre parler. Il faut connaître le nom de toute les choses, et l’adorable n’hésite pas à gronder sa maman lorsqu’elle ne connait pas le nom d’un caillou… Dès les premières heures du jour et jusqu’à ce que le sommeil l’emporte, nous l’entendons parler quelque part ou nous poser une question. Pourquoi… ? Comment ça s’appelle… ? Qu’est-ce que c’est que… ?

En parallèle, elle ne tolère aucune imprécision. Ne dites pas : « Range ta girafe » si c’est un girafon, ou « je bois mon thé, attends » s’il s’agit d’une tisane. Vous vous ferez reprendre.

Une loutre de trois ans sera capable de vous dérouler un mètre à ruban jusqu’à 1m50 pour vous demander de vous lire tous les nombres inscrits, centimètre après centimètre. Elle pourra aussi vous arrêter au beau milieu d’un parking d’un supermarché pour vous exhorter de lui dire le nom de la grosse lettre qu’elle ne connait pas qui est inscrite là-haut sur le toit, en rouge. Dans ma tête, je me demande si elle apprend.

L’adorable aime aussi énormément les blagues. Elle se marre comme une baleine lorsque vous touchez sa chaussette grise avec vos gants gris. Ou lorsque vous lui dites : « Va dans ton lit tout froid » tandis qu’une bouillotte l’attend au fond du duvet. Ou encore lorsqu’elle mange ses champignons en disant : « hum… c’est bon avec des pommes papa ! ».

Notre grande petite, qui suit les traces de son papa sur les falaises

A trois ans tout pile, ou presque, la loutre-koala a appris à ne pas dire la vérité. Et d’autres félonies. Mais ça surtout. L’adorable se faisait avoir encore quelques jours auparavant.
« Hé Maman ! On n’a pas mis le produit dans mes oreilles avant de me coucher !
— Et tu veux qu’on le mette ?
— Oh non… ! Pas du tout !
— Et bien dans ce cas je te conseille de ne pas en dire davantage… ^^ »
Mais là, il n’est plus question de dire à chaque fois la vérité. Elle progresse très vite, et de façon alarmante, en la matière. Le monde se contorsionne étrangement à son avantage. François et moi, qui ne mentons pas, sommes étonné de voir apparaître ce comportement dans notre “maison”. Mais, bon, puisque cela existe, nous ne sommes pas capable de mentir à notre tour en faisant mine de ne pas le voir. Le mensonge s’est donc invité chez nous. Et avec lui la vérité. C’est étrange cette distinction. Il y a la vérité, les histoires inventées, et le mensonge. Les trois sont bien différents et la loutre-koala a naturellement compris dans quel cadre elle fait évoluer ses dires.

La loutre-koala, c’est aussi des colères parce que vous refusez de faire parler une poupée ou un animal (Je lance ce papier maman, parce que je suis en colère, tu vois ?!). C’est aussi des tristesses parce que c’est déjà la nuit ou que son papa est parti à l’escalade sans elle. C’est aussi de gros câlins, doux et chaud, « parce que je t’aime bien beaucoup beaucoup —beaucoup, maman. » La loutre-koala de trois ans aime s’endormir dans notre lit, serrer une peluche fort contre elle, et prendre soin de son poupon comme si c’était un blanc en neige. Parce qu’une loutre-koala c’est pour beaucoup un bouillonnement de sentiments à ne plus savoir qu’en faire.

8 commentaires:

  1. Comme elle est grande !
    Je ne suis pas une grande passionnée des enfants, mais la tienne a l'air d'être bigrement intéressante ;) Elle a de la conversation et de l'humour... Je ne me rends pas compte, mais je trouve ça extra pour son âge. Et elle connaît le koala... Impressionnant !
    Cela dit, à parler tout le temps, à tout demander, elle ne doit pas être de tout repos.
    Vous parle-t-elle encore de l'école ?
    Comment trouve-t-elle les enfants de son âge ?
    Je me rappelle que, enfant, j'aimais bien être avec les adultes et écouter leurs conversations, même sérieuses. J'aimais bien la sensation que ça me procurait.

    Bon voyage à vous si vous êtes toujours sur les routes !

    Cléa - Pidiaime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cléa ! (je suis contente d’avoir un prénom à te donner :-D merci)

      Non, elle n’est pas de tout repos mais je crois que tous les enfants de cet âge là sont pareils. Dans le bus un jour, derrière nous il y avait un petit garçon, il ne s’arrêtait pas de raconter tout ce qu’il voyait et de demander à sa maman tout ce qu’il ne comprenait pas. Nous rigolions avec François et nous nous disions : « eh bah ! on n’en a pas fini avec notre loutre ! »

      Elle me parle encore de l’école mais elle a bien intégré le concept maintenant. La loutre me disait cette semaine : « Moi je voulais aller à l’école mais non… ahah, je fais l’école à la maison en fait ! », comme s’il s’agissait d’une bonne blague. Donc, oui, je crois que ça va maintenant. Et nous avons rencontré les enfants de Dame Ambre, qui ne vont pas à l’école non plus, ça lui a donné un exemple.

      Pour les enfants de son âge, elle les aime bien mais préfère être avec les adultes ou des enfants plus grands en général. Mais je l’ai déjà vue très bien s’entendre avec un petit garçon de son âge ! Ils étaient choux ^^

      Nous sommes toujours sur les routes oui, mais nous trainons beaucoup dans le Languedoc. François a de l’escalade comme il veut et j’adore ce milieu. J’ai envie d’y vivre !!!

      A bientôt Pidiaime Cléa ! Bises :-)

      Supprimer
  2. J'ai livré mon prénom avec la publication de mon livre, alors je me dis autant signer avec ! :)

    J'admire les parents qui ont la patience de répondre à toutes ces questions.
    Tant mieux si elle accepte le concept de l'école à la maison. Elle me semble en tout cas très épanouie, dans tes articles.

    Je suis heureuse de lire que votre aventure en camion te fait découvrir une région dans laquelle tu te sens bien. Je ne connais pas très bien cette région, mais j'adore le son de son nom (et son étymologie, "langue d'oc").

    À bientôt ;)

    Cléa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je n’ai pas tout suivi : tu as donc un livre publié à ton nom ? Quel est le titre ? Je me le procure dès l’instant !

      Je crois aussi que ma fille est très épanouie. Ensuite, dans le blog je ne parle pas de tout. Je fais très attention à ne rien révéler qui pourrait lui porter préjudice plus tard.

      Et pour le languedoc, j’aime aussi beaucoup la sonorité des villes et des falaises et des rivières que nous visitons… ! Je crois que nous nous installerons par ici :-) Toute la famille s’accorde sur ce point.

      A bientôt, oui ! Dans ton livre :-)

      Supprimer
    2. Comme je suis touchée de ta réactivité concernant mon livre ! Moi qui te suis depuis plus d'un an et qui ne me suis jamais procuré le tien (j'y pense pourtant, mais ma procrastination à l'égard de certaines choses est parfois désespérante, qui plus est quand je n'ai aucune excuse pour la justifier). Bref, je te souhaite une très bonne lecture !

      C'est délicat de parler de ses enfants sur des plateformes comme les blogs, et je crois que c'est important, comme tu dis, de faire attention aux informations qu'on laisse transparaître. Tous les parents n'ont pas ta considération, en tout cas. Cela dit ta vision sur son éducation est passionnante.

      Supprimer
    3. Vu que tu proposes une version numérique, c’est plus rapide et moins onéreux pour passer commande ! Je n’ai pas encore commencer ma lecture mais ça ne devrait pas tarder.

      Je suis contente que ce que je dis sur l’éducation puisse intéresser, d’autant plus de la part de quelqu’un qui n’a pas d’enfants et qui ne fait pas de l’enseignement son métier, qui n’est donc pas directement concerné par ces questions.

      Souvent je lis ou je vois des choses publiées par les parents qui me mettent mal à l’aise vis à vis des enfants. Je me dis faites que plus tard personne ne tombe sur ça et ne s’en serve pour tourner en ridicule ou pour dé-légitimiser l’enfant devenu grand !

      Je pense que dès qu’on commence à s’exprimer sur sa vie privée sur internet, on est déjà limite, ce qu’on dit implique fortement notre famille. On ne peut pas deviner les implications que cette exposition aura sur les enfants… ! Et pourtant, je ne peux pas m’empêcher de parler ici de la loutre, elle est tellement incroyable :-D

      Supprimer
  3. Mais oui ça m'intéresse :), comprendre l'éducation des enfants c'est aussi comprendre, à un certain niveau, le fonctionnement de la société.
    Par contre c'est vrai que les blogs "maman" avec des photos de leurs enfants sous toutes les coutures et un déroulé plat de leur journée, c'est bien moins captivant. Et pour le coup je trouve que ça expose bien plus les enfants que ce que tu fais.
    Bref, c'est un plaisir de découvrir, avec parcimonie, des anecdotes sur cette petite loutre-koala ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes du même avis Cléa.
      Au plaisir, donc ! :-D

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *