Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

samedi, janvier 28, 2017

Lire et écrire s•a•c

C’était il n’y a pas très longtemps. Je lisais un livre à l’adorable quand elle s’est trémoussée sur mes genoux. J’ai alors stoppé ma lecture et j’ai attendu qu’elle m’explique ce qui n’allait pas. Avec son petit doigt, elle est allée chercher des petites lettres sur la page. Je vois qu’elle se concentre. « O », commence-t-elle à lire avant de comprendre : « Oh ! Ca fait “oh oh” ! » Elle sautille sur moi de plaisir puis ajoute : « Tu vois maman, j’arrive bien à lire maintenant. Parce que j’ai trois ans. » Je rigole doucement. J’étais assez fière d’elle, oui, mais je sais bien qu’entre lire « oh » et déchiffrer tout un texte, la route va être longue


Ses premières lettres
La petite loutre a toujours beaucoup aimé les lettres. Au point qu’au Noël de ses deux ans, j’ai acheté pour elle un jeu de lettres magnétiques à coller sur le frigo. Lorsqu’elle jouait avec, je me rendais compte qu’elle en connaissait quelques unes déjà. Je ne me souviens plus de toutes, mais je suis certaine qu’il y avait le B (elle la lisait Bébé) et le M (elle lisait Maman). Elle s’amusait beaucoup à leur trouver des formes du quotidien. Le J était un parapluie, le B une paire de lunettes, le T un marteau…

Elle ne reconnaissait pas son prénom. J’ai essayé quelques fois de lui apprendre, mais ça ne l’intéressait pas. En fait, ce qu’elle voulait, c’était écrire.

Ecrire tout de suite
Un jour en me promenant dans une grande surface, je suis tombée sur des cahiers d’écriture effaçables. Je me souvenais que j’en avais un chez mes grands parents pour apprendre à écrire les chiffres et j’en étais absolument fan. Ils étaient de plus à l’effigie d’un personnage que la loutre apprécie, alors je n’ai pas hésité. Le succès a été immédiat ! Armée de son feutre effaçable, la loutre passait de longues minutes à repasser les lettres et les chiffres proposés, et effacer son travail et à recommencer.


Elle était très fière de ses réalisations. Quelques semaines plus tard, elle nous a réclamé d’écrire des mots complets. C’est là que nous avons commencé à écrire en grosses lettres de petites phrases sous sa dictée. Avec beaucoup d’application, l’adorable repassait nos lettres au feutre.

La petite loutre a toujours bien tenu son crayon. Je n’ai rien eu besoin de travailler avec elle pour cela. Je ne sais plus exactement à quel âge elle a tenu son premier crayon (8 mois ? plus d’un an ? je n’ai pas trouvé de photo pour le préciser) mais je sais que du départ, sa tenue était parfaite. Cependant, lorsqu’elle repassait les lettres je voyais bien qu’elle ne faisait pas son tracé dans le bon sens. Elle pouvait faire le rond du O à l’envers, commencer à gauche, en bas… et cela se voyait lorsqu’on tentait de relire son oeuvre. Une lettre faite à l’envers avec maladresse ne se reconnait presque pas.

Pour lui apprendre à corriger son geste, j’ai passé beaucoup de temps avec elle pour lui montrer comment tracer correctement les lettres sur ses cahiers effaçables. Petit à petit, elle est devenue plus attentive à la fluidité de son tracé et me demandait parfois confirmation lorsqu’elle repassait ses petits messages.

Le jeu des sons
Le jeu des sons consiste à attirer l’enfant sur les sons qui composent les mots. Par exemple, dans le mot “botte”, on entend les sons bb, o, et tt. Pour le faire, on peut inventer tout un tas de règle. Par exemple, il est possible de montrer des objets à un enfant et de lui dire “Je vois quelque chose qui commence par le son… tt” et à l’enfant de désigner la tasse. Toutes les variantes sont imaginables !

J’ai commencé à proposer le jeu des sons assez tardivement à la petite loutre, tardivement par rapport aux lettres qu’elle avait tant envie d’écrire. Je ne pense pas avoir mal fait car à vrai dire, il n’y a que tout tout récemment (depuis ses trois ans dirais-je) qu’elle commence à y être réceptive. Alors je faisais un jeu très simple. Je prenais un objet quelconque, ou une image le représentant, et je disais : « Regarde ! Il y a quelque chose commençant par ss sur ma tête ! ». La loutre riait et me répondait : « C’est du sel ! » Je ne lui demandais pas de trouver l’objet parmi d’autres car elle n’y arrivait pas du tout.

Et puis les choses se sont débloquées d’un coup. Petit à petit, elle s’est mise à reconnaître elle-même l’attaque des mots. « pp-parapluie », disait-elle ou… « ooootarie », ou encore « cc-casserole. cc-casserole, cc-cochon ! ahah, c’est marrant ça ! un cochon dans une casserole ! ». Je dois dire aussi qu’en parallèle nous avons fait l’acquisition des…

Lettres rugueuses
Les lettres rugueuses sont des lettres écrites en grand dans un matériaux rugueux et collées sur un carton. Il est possible de les faire soi-même ou de les acheter puisque beaucoup de magasins les proposent. L’enfant prend la carte et trace avec ses doigts la forme de la lettre. Grace à la matière rugueuse qui la compose, s’il est sensibilisé à cette sensation, l’enfant peut aisément se rendre compte s’il dépasse du tracé ou s’il le suit parfaitement.

Avec les lettres rugueuses, la loutre travaille deux choses : elle peaufine la fluidité du tracé de ses lettres et elle apprend à les reconnaître. Pour le premier point, les lettres rugueuses qu’elle possède ont des petites flèches pour rappeler le sens du tracé. Je les pensais au départ inutiles et même capables de dévier l’attention de l’adorable, mais il se trouve au final qu’elles sont assez discrètes et d’une bonne aide lorsque ma fille doute et qu’elle ne veut pas forcément me demander mon aide.

Pour le second apprentissage, nous le travaillons très doucement. Je considère que l’adorable est encore jeune, il n’y a pas urgence à lui apprendre notre alphabet. Alors, lorsque je choisis une lettre à lui présenter, je le fais en fonction de ses intérêts et des remarques dont elle me fait part. De plus, je ne lui apprends pas le nom de la lettre mais seulement le son correspondant. Bien sûr, je sais que l’adorable a déjà entendu parlé de Abécé, de hache et des autres, mais ce n’est pas ce que je recherche en travaillant avec elle. Nous nous contentons donc du son.

Avec les règles rugueuses, je peux aisément lui présenter une lettre en particulier. Par exemple, lorsque je me suis rendue compte que l’adorable reconnaissait aisément le S en majuscule ou en lettre détaché, j’ai pensé à lui montrer sa lettre rugueuse correspondante, qui, elle, est en lettre cursive.

Il nous arrive aussi de jouer ainsi. Je place devant nous plusieurs lettres rugueuses debout adossées à un meuble ou un mur. Je demande à l’adorable de fermer les yeux et je cache un jeu derrière l’une des lettres. Puis je lui dis : « J’ai caché ton ours derrière le… mm », à elle de le retrouver. Puis nous échangeons les rôles.

François a quant à lui inventé le jeu de la rigolade à faire avec les voyelles. Une personne pioche une voyelle au hasard et la montre à l’assemblée. Tout le monde doit alors rire en faisant le bon son. « Ah ah ah ! » ou « Hi hi hi ! ». Lorsque c’est le y qui sort, nous sommes tous un peu penauds… ^^


Très vite j’ai remarqué que, de toutes manières, l’adorable apprenait les lettres de partout. Dans les magasins, dans ce que nous écrivons, dans les livres… Plus elle arrive à en reconnaître parmi ses lettres rugueuses, plus elle revient me voir avec une nouvelle lettre qu’elle a attrapé seule quelque part, et plus elle réussit à apprendre rapidement d’autres lettres. Les débuts sont longs, il faut être patient et peu exigeant, et puis, tout d’un coup, quelque chose survient et l’apprentissage devient assez rapide !

Cursive ou détaché ?
Sur le choix des polices à apprendre/montrer aux enfants et ceux à éviter, je n’ai pas vraiment d’avis. Partout nous voyons des lettres détachés et je sais que j’écris plutôt en cursif, ça me parait plus naturel. Les lettres rugueuses de la loutre sont cursives car je trouvais cela plus intéressant pour développer la souplesse du poignet, mais ce n’est pas pour ça que nous faisons tout en cursif. Pour beaucoup de lettres, ça ne pose pas de problème. Regardez le t, le c, ou le u et le i ! Il n’y a aucune différence et la loutre a fait le rapport cursif/détaché sans problème. Pour certaines lettres, il faut un peu plus d’imagination et il est vrai que cela pourrait poser soucis à certains enfants. Je pense alors que s’il y avait un choix à faire pour un apprentissage plus rapide, ce serait de tout présenter en détaché. Mais lorsqu’on prend son temps, comme nous le faisons avec l’adorable, mélanger plusieurs polices ne pose pas de problème fondamental.

Par contre, ce que je trouve plus embêtant c’est de ne présenter aux enfants que les lettres capitales détachés. Elles ne sont pas très présentes dans le quotidien de l’enfant (elles sont qu’en début de phrase et en tête des noms propres…) et ne sont pas naturelles à tracer. Votre enfant a-t-il commencé à dessiner un triangle ou un cercle ? Bon, si vous désirez apprendre à écrire à votre enfant avec un stylet sur une tablette d’argile, la chose peut se discuter, j’avoue…

Son premier mot
L’adorable commençait à avoir un bon bagage de lettres dans la tête. D’autre part, comme je vous le disais plus haut, elle commence à comprendre le principe des sons des mots et le relie naturellement aux lettres que nous lui avons présentées pendant ce temps.

Son papa, tout disposé à s’impliquer dans l’instruction de sa petite, lui a donc préparé une petite activité avec son sac de randonnée. Moi je travaillais dans mon coin à la correction de mon roman mais je n’ai pas pu m’empêcher de les écouter en silence. Permettez que je vous relate cet événement dont je suis très fière !

François : Qu’est-ce que c’est ?
Loutre : C’est un sac !
François : Tu sais par quel son commence le mot sssssac ?
Loutre : Oui ! Ss…
François : D’accord, alors tu vas chercher la lettre qui fait ss
∆ L’adorable cherche parmi ses lettres rugueuses le s ∆
Loutre : Voilà ! C’est le ss…
François : On le pose sur le sac. Maintenant, qu’est-ce que tu entends en deuxième dans le mot saaaaac ?
Loutre (hésitante) : a ?
François : Cherche le a.
∆ L’adorable trouve le a dans ses lettres ∆
François : Je le pose à côté du sss. Maintenant, qu’est-ce que tu entends en dernier dans le mot sacccccc ?
Loutre : cc-cochon !
François : Oui, on entend cc.
∆ L’adorable a compris l’affaire, cherche le c et le pose en dernier ∆
François : Tu as écris sssss·aaaaa·ccc, sac ! A toi de lire.
Loutre : ssssss. aaaaaaa. cccccc.
François : sac ?
Loutre : sac !
François : Tu peux l’écrire.
∆ Et la loutre repasse les lettres rugueuses dans l’ordre en répétant les sons ∆

Et moi, dans mon coin, mon roman sur les genoux, je souriais comme une banane. Parce que c’était fait. L’adorable venait d’écrire et de lire son premier mot !

2 commentaires:

  1. Félicitations à elle ! (Et à vous deux aussi un peu ;) )

    Ca me fait penser à cette planche du "petit Spirou" sur les premiers mots des membres de sa famille et en quoi ces mots avaient influencé le reste de leur vie. Je ne sais pas si tu vois ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu t’adresses ici à une véritable inculte ! Je n’ai jamais lu aucune BD du petit Spirou…

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *