Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

samedi, novembre 19, 2016

A la rencontre de nos voisins

J’avoue qu’en partant sur les routes de notre vie, j’espérais faire de nouvelles rencontres, aller à la découverte de nos voisins du monde. C’est assez spécial comme espérance, c’est comme de chercher l’amour : on sait vaguement ce qu’on recherche mais rien ne peut nous préparer à la rencontre de l’être aimé. Il ne portera pas d’écriteau permettant de le repérer et on ne soupçonne pas les aventures qu’on va partager avec lui ni les changements qu’il induira dans notre vie.


Plus facile ?

Je ne sais pas si je me leurre mais je crois que notre nouveau mode de vie pousse à la rencontre des autres. Bien installé dans nos maisons enterrées, les interactions me paraissent plus rares. Peut-être que le confort de nos logis limite nos sorties ou bien la fausse certitude d’avoir une autre occasion, plus tard, nous fait repousser les rencontres. Quoi qu’il en soit les expressions telles que "faudra qu’on se fasse une bouffe un de ces jours" sont devenues "On essaie de faire des pizzas ce soir. Vous voulez en manger avec nous ?"
Nous sommes maintenant trop éphémères pour remettre à plus tard. Une occasion ratée l’est pour toujours, sans doutes possibles.

Une bonne vieille visite d’usine.
En quelques mois de voyage nous nous sommes fait plus d’amis qu’en 2 ans dans notre maison fixe. J’ose parler d’amitié même si nos chemins ne se croisent parfois que brièvement.
Nous venons de passer quelques jours avec un couple de Vikings et leur fille. Ces quelques jours nous ont semblé être une semaine entière comme si les journées comptaient double. Cette dernière rencontre me donne envie d’en dire davantage sur ceux qui ont croisé notre route. 

Le Breton et sa Normande

La légèreté de notre maison nous a permis de rendre visite au Breton et à sa Normande. Revoir de vieux amis est une expérience quantique: le temps d’absence se contracte en une bise et une tape dans le dos. On sent l’odeur du barbecue avant même que le moteur du camion ne refroidisse. Une fois de plus j’ai fait un hold-up sur la musique de mon pote breton. C’est depuis devenu la bande originale de notre voyage.

La Dame du Cotentin

Environ une semaine après, la Dame du Cotentin nous accueillait chez elle et nous faisait tomber sous le charme de sa région.

Conseils de la pro aux noobs que nous sommes.

La famille Crusoe

En Normandie, une rencontre manquée nous a menées sans le vouloir sur le seuil de la famille Crusoe. Nous cherchions un coin calme pour dormir et nous avons trouvé une cabane sur une rivière, un campement, la famille Crusoe et leurs tasses de thé chaud.

Santa Antonia

Aucun endroit n’est épargné par la vie. Même une étape banale peut se transformer en découverte. Ainsi un village inconnu nous a présenté Santa Antonia, sa rigueur littéraire et son émerveillement scientifique. Tant de passion dans un lieu qui nous était inconnu, chez une femme si isolée ! Santa Antonia se dit époustouflée par notre vie mais elle ne se rend pas compte de l’énergie qu’elle peut rayonner.

L’Arpenteuse

En explorant l’extravagance de la forêt de Fontainebleau nous sommes tombés sur son Arpenteuse et sa tribu. Lorsqu’on rencontre des gens qui nous donne envie de passer à l’action il est futile de se demander pourquoi, mieux vaut agir ! Peu importe s’il n’y a pas de raison valable. Une semaine d’amitié, de balade, de rire et de partage ça n’a pas besoin de raison, ça se saisit sans explication.

Dame Ambre

Quelques semaines plus tard, une nouvelle tribu nous accueillait chez elle: celle de Dame Ambre. Une tribu d’expérimentateur avec qui nous avons pu échanger des réflexions en tout sens, sans frontières et sans peur de jugement.

Le baby-camp.

Les Surfeurs d’idées

Sur la côte Basque, les Surfeurs d’idées sont venus à notre rencontre. Ils sont vagabonds et leurs idées insaisissables. Lorsqu’ils en ont une, ils la suivent et voient où elle les mène. Nous avons partagé leur table le temps d’une soirée, mais quelle soirée! Je souhaite à tout le monde de vivre une sortie au restaurant avec autant de spontanéité !

Un regard familier

Un des privilèges d’être adulte, c’est de pouvoir choisir ses amis parmi toutes les classes d’âge! Une amie nous avait conseillé de visiter le Pays Basque, sa région d’origine. Arrivé sur place nous avons retrouvé notre amie dans les yeux de son père (qui se trouve également être les yeux de sa petite-fille). Ces yeux en amandes, notre Loutre, j’en suis sûr, les a reconnus. Pendant quelques jours, nous avons pu grâce à lui habiter cette région, être connectés à sa ville et à son effervescence.

Les Vikings

Enfin, nous avons passé la frontière espagnole pour croiser la route de nos Vikings. 
Évidemment un cadre paradisiaque et des banana pancakes servies sur un crash-pad aident à rendre des moments inoubliables. Mais on s’est séparé avec le sentiment (mutuel je pense) d’avoir rencontré des gens formidables et incroyablement gentils. On s’est d’ailleurs donné un rendez-vous possible en Espagne. Peut-être nous y retrouverons-nous, peut-être faudra-t-il attendre des années avant que nous nous aventurions en Scandinavie à leur rencontre, mais l’expérience est là, elle a été vécu et ne peut plus nous être retirée.


La vie de voisinage
…mais en mieux


Pouvait-on réellement espérer faire la connaissance de tant de gens formidables en si peu de temps? Et encore, j’ai occulté bien des rencontres, de petits déjeuners pris avec des voisins occasionnels, de soirées avec de vieux amis, d’après-midi au milieu d’étangs remplis de méduses, de banquet nostalgique en famille…
Toutes ces fantastiques personnalités auraient pu rester des inconnus, toutes nos aventures, des éventualités. Quand je constate à quel point cette vie est riche je ne peux qu’être curieux! Où est demain ? Qui va nous montrer un nouveau chemin ? 

4 commentaires:

  1. Une belle aventure en effet qui vous donne pleinement cette chance d'aller à la rencontre de l'autre. Dans nos vies bien, trop rangées nous n'avons plus d'interactions les uns avec les autres et nous passons notre temps à nous dire des banalités sans chercher à creuser.
    Belle et Bonne continuation à vous trois et encore de belles rencontres à venir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie, merci pour ton commentaire ici même si je ne suis pas vraiment d’accord avec ce que tu dis. Ce n’est pas vraiment que lorsque nous avons une vie rangée que nous ne creusons pas nos échanges. Le fait d’être sédentaires et de croiser régulièrement ceux qu’on apprécie permet au contraire de bien mieux le faire que lorsqu’on bouge tout le temps, comme nous…
      Ce que François voulait dire je pense est plutôt que puisque nous sommes mobiles, lorsque nous rencontrons quelqu’un qui nous intéresse, nous ressentons l’urgence de nous ouvrir à lui. Et l’autre éprouve la même chose à notre égard. Nous ne remettons jamais à un autre jour une telle occasion.
      C’est cela qu’il faut comprendre. Et uniquement cela. Et c’est ce que nous allons garder dans toutes nos vies futures : on ne remet jamais une amitié au lendemain.

      Supprimer
  2. La sensation que ces occasions éphémères orientent plus facilement vers une véritable rencontre de l'autre.. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton petit message Ambre. Ce fut un vrai plaisir pour nous de vous rencontrer. Nous repasserons vous voir avec grand plaisir dès que l’occasion se présentera !

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *