Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

jeudi, septembre 29, 2016

Le baroud d’honneur


Vous êtes-vous déjà demandé ce que vous feriez si on vous annonçait que demain serait votre dernier jour à vivre ? Inutile de planifier un voyage à Hawaï, la règle est assez simple : 1 jour ! Une après-midi pour être précis donc, à part si vous voulez que votre journée se limite à faire de la voiture et à poireauter à l’aéroport, il vaut mieux oublier les destinations exotiques. 
Cette question : il te reste un jour à vivre, que veux-tu faire ? Ce n’est pas à moi qu’on l’a posée, mais moi qui l’ai posée à mon grand-père, il y a deux semaines. J’avoue que le connaissant, je ne misais pas sur un tour de Jet-ski, un vol en deltaplane ou un rail de coke mais je m’attendais à quelque chose du style : retour à la ferme de son enfance, ballade sur les bords de Loire, pêche au bord d’un étang ou bar à strip-tease…
La réponse de PapiGaston fut tout autre et plutôt à l’opposé des clichés qu’on pourrait avoir.


Des consignes très claires

Mon Papi venait de passer plusieurs jours à l’hôpital, ce séjour comportait quelques aller-retour dans des hôpitaux voisins. Ca l’embêtait, d’autant plus qu’il ne voyait pas par la fenêtre et se réveillait parfois sans savoir dans quel centre hospitalier il était. Après moult négociations, le médecin nous a donné son feu vert pour une petite sortie.
Mon Papi avait littéralement le pied en compote, un fauteuil nous a donc été prêté par l’hôpital. Ma mère a bien insisté sur le fait que nous devions rester dans le hall de l’hôpital et que nous ne devions surtout pas sortir dehors. Je lui ai clairement promis de passer par le hall de l’hôpital pour me promener avec Papi…


Etre prêt

Quand il ne vous reste plus qu’une journée à vivre, le tout c’est d’être au taqué ! Mon Papi était naze le jour d’avant, cuit le jour d’après mais au top pour le jour J. Lorsque nous sommes arrivés, il avait prévenu les infirmières qui l’avait habillé en tenue de ville. A peine dans la chambre, on nous a informé que nous pouvions récupérer le fauteuil à l’accueil, il était prêt le Papi ! Ne restait qu’à répondre à LA question : Que veux-tu faire de cette dernière journée ?


La réponse de PapiGaston

On est passé par le hall (check !) et nous sommes allé faire un tour. C’est vrai que c’était un peu risqué mais bon, c’est pas ça qui allait le tuer et même si ça le tuait vraiment, on n’allait pas chipoter pour quelques jours. Le port de plaisance de Decize est à deux pas, je lui propose d’y aller, sa réponse : NON 
Lui ce qu’il veut c’est qu’on traverse la route et qu’on aille à Intermarché. C’est toi le pilote Papi, c’est ta journée, va pour Intermarché.

Il était super calme comme si tout était planifié depuis longtemps. 
- Dis Papi tu n’a pas prévu de taxi pour t’échapper? tu te fais pas la mal hein?
Et non, simplement la réponse de mon Papi c’est l’Inter en face de l’hôpital. On se retrouve donc à arpenter tous les rayons, à s’arrêter sur un produit en particulier pour lire le prix, la composition. On dirait qu’il cherche quelque chose… Une heure plus tard on ressort avec de quoi faire un bon gouter.

Ce qu’il voulait c’était une dernière journée de vie de tous les jours. Rentrer dans un magasin, regarder la taille des fromages de chèvre, causer au boucher et aux connaissances dans les rayons, faire ses courses soi-même. Ce jour là il a eu droit à un extra en prenant le gouter en compagnie de son petit fils et de son arrière petite fille. Dernièrement son petit plaisir c’était les ptits gervais en mousse (c’est ce qu’il cherchait dans le magasin), nous les avons mangés tous ensemble. Ce qu’il lui fallait c’était une vraie journée, sans l’ambiance de l’hôpital, sans questionnement médical, comme si sa vie reprenait son cours là où elle s’était interrompue. Rien d’exceptionnel au contraire, le retour à l’ordinaire.


La simplicité

On tient parfois une liste de choses à faire avant de mourir. On peut y trouver : sauter en parachute, visiter le Népal, serrer la pince à un Massai,… Je pense que plus l’échéance approche plus des envies simples apparaissent sur la liste :
- manger un bon yaourt à la mûre,
- faire une promenade avec sa famille,
- rire avec des amis,
- parler autour d’un feu.

Peut-être que ces envies devraient figurer plus tôt sur nos listes, quitte à les cocher plusieurs fois. Ce qui nous rend heureux n’est pas nécessairement extrême ou inédit. En tout cas pour sa dernière sortie c’est la simplicité que mon Papi a choisie. C’était son baroud d’honneur.

4 commentaires:

  1. Ta maman m'a raconté ce beau moment....
    émouvant et beau...
    les choses simples et les petits bonheurs....
    bonjour a vous trois bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si tout le monde n’a pas partagé cette après midi avec Papi Gaston, elle a réchauffé le coeur de toute la famille

      Supprimer
  2. Il s’appelait François, chanteur sensible, poète ironique ,libertaire et pacifiste. ( François Béranger 1937 - 2003)
    Non formaté aux normes de l’époque, je ne crois pas qu’il fut dans un quelconque top 50 mais son répertoire était riche. Il a chanté cette chanson « Le Vieux » que vous trouverez facilement sur le net et qui correspond bien à l’esprit de votre billet .
    Pour la route je vous en mets quelques phrases ;


    Mon vieux à moi, tous les mois
    Va à tout petits pas
    Empocher sa pension
    Il se ménage au retour
    Un détour insolite
    Chez le glacier du coin

    Quand je serai vieux et tout seul
    Demain ou après demain
    Je voudrais comme celui-là,
    Au moins une fois par mois
    Avec mes sous, si j'en ai
    M'acheter une glace à deux boules
    Et rêver sur leur saveur
    A un monde rempli d'enfants

    Mais peut-être que pour nous
    Nous les vieux de demain
    La vie aura changé
    En s'y prenant maintenant
    Nous-mêmes et sans attendre
    A refaire le présent

    Je donne à ceux qui sourient
    Et qu'ont bien l'droit de sourire
    Rendez-vous dans vingt, trente ans,
    Pour reparler du bon temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reparler du bon temps, se démener pour passer une dernière journée dans la plus pure simplicité, finalement, je le souhaite à tout le monde.

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *