Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

lundi, juillet 25, 2016

L’océan trop loin mais l'amitié

Quelle bonne blague ! Aujourd’hui le voisin de notre amie est venu trouvé François pour lui dire que la police était passé dans le quartier hier soir, vers 23h. Nous n’étions pas couchés, nous refaisions le monde tous les trois, s’il y avait eu quelque chose nous l’aurions entendu. Cette nouvelle m’a interpellée : « Pourquoi la police est-elle venue ? » C’est un François hilare qui me répond : « On les a appelés pour leur signaler… un loup dans la rue ! »

Un loup ? Notre loup pardi ! Notre loup que nous avions laissé près du camion pour la nuit ! Mais le plus drôle dans toute cette histoire, c’est que la police n’a pas osé cogné à la porte de notre amie, non-non-non, le loup en question leur faisait trop peur !

Alors oui, notre beau Jedi ne jappe pas, ne grogne quasiment jamais, mais à présent nous en sommes certains : il est très dissuasif. Nous n’avons pas de soucis à nous faire ! (et dire que je trouvais qu’il souriait de trop, pour un chien de garde ^^)

Saint Malo et l'océan
Nous sommes passés près de Saint-Malo mais c’était presque horrible. Trop de monde, partout, avec la conscience que chacun de nos gestes était un geste de trop. Impossible de laisser un pipi derrière un arbre, nous étions sûrs qu’une cinquantaine d’autres suivraient. Impossible de laisser une poubelle dans un container, ils étaient déjà pleins. Impossible de chiper de l’eau à un cimetière, tous les camping-cars passaient par là déjà. La mer était belle, mais Jedi ne pouvait pas profiter de la côte, interdite aux canidés. Nous sommes partis, en espérant trouver un peu de mer plus loin, plus accessible, plus libre, en se disant : il faudra revenir à la basse saison.

Nous avons présenté l’océan à la petite loutre, elle a eu l’air de le trouver normal. Normal, normal, tout est normal avec elle ! Rien ne la surprend ou quoi ? Non mais l’océan quand même ! L’océan !

J’ai revu à Saint-Malo une tour dans laquelle j’étais montée avec ma classe de collège. C’était un voyage scolaire, nous avions papoté avec mes amies pendant tout le trajet, (j’avais des amies cette année-là, c’était incroyable !), et nous avions visité la ville intra-muros. Sur les remparts, nous nous sommes arrêtés pour observer la vue. Je dis à l’une de mes amies :
« Alors, tu es contente de voir la mer pour la première fois ?
- Non, je suis un peu déçue que nous ne l’ayons pas déjà vue…
- Quoi ? Mais qu’est-ce que tu me dis ?? L’océan c’est… c’est… ÇA !! »
Fallait me voir insister, là, mais là devant toi ! Fallait la voir plisser les yeux vers l’océan, où Céline tu dis ? Mais LAÀ voyons !!!! Et puis la magie a fait son oeuvre. Ses yeux se sont écarquillés. Elle venait de voir l’océan. Il était marrée haute, la mer était juste en dessous de nous. Mais il fallait la voir.

Ce n’est ici que la baie du Mont Saint Michel, mais quand même :-)

J’ai eu la même difficulté pour montrer l’océan à quelqu’un qui ne l’avait jamais vu. Il venait du Québec, il avait déjà vu la Terre mais jamais de ce côté-ci du monde. Et je lui montrais, je lui montrais, il ne voyait pas. Son cerveau ne disait pas Tiens, et si c’était cette grande nappe pâle que ton amie appelle depuis le début la mer, hein, qu’est-ce que tu en dis ? Non, ça ne venait pas. Et pour moi, dans l’autre sens, il me montrait la baie du Saint-Laurent, immense, je voyais juste un champ de blé fauché. (Non mais quelle idée !) Avant de comprendre. Que c’était grandiose.

Enfin, l’océan quoi. Et la loutre qui trouve ça normal…

Nous avons fait un château de sable. Nous lui avons dit viens on range, les vagues vont nous rattraper. Elle me répondait très sûre d’elle que mais non Maman regarde et qu’il fallait bien que je me rende compte que la mer était loin et que nous, nous étions bien trop hauts pour elle. Alors l’Explorateur a dessiné quatre bandes dans le sable. 4 - 3 - 2 - 1. « Et 0, c’est ton château… ! » Ah ah ! Elle faisait sa maligne l’adorable avec sa logique imparable… Et puis les vagues se sont approchés. « Alors, qu’en dis-tu ? » Pff… Pas de réaction de sa part.

Et la vague a léché le 4. Nous avons plié les serviettes. La vague, sans qu’on s’en aperçoive a fait disparaitre le 3. La loutre a commencé a ramassé ses affaires… La mer s’est étalée sur le 2. La loutre a voulu nous poser quelques questions quand la vague a coulé le long du 1.
« La mer est là Mamaaaan !!!! »

Schlouuuffff… Plus de chateau.

Voilà, j’ai eu mes yeux écarquillés. La loutre a rencontré la puissance de l’océan.

Plus rien n’était normal. Le lendemain, elle a refusé de prendre son gouter sur le sable sec. « La vague va venir maman ! » L’océan était loin, mais déjà trop grand pour elle.

L’hospitalité
Nous avons donc fuit Saint-Malo pour courir vers un ami. C’est Youyou, un ami de François mais… Oh ! Quelle hospitalité ! Su casa es mi casa… ! C’était formidable ! Le droit d’être soi, chez quelqu’un d’autre. L’impression de ne jamais gêner. Comme si la maison, son quotidien, sa vie, était suffisamment inébranlable pour qu’on puisse arriver à cent et que tout aille bien quand même pour lui. L’hospitalité est une force.

Un barbecue, un beau matin, l’envie de rester plusieurs jours, le droit de demeurer ici, le camion qui finalement a campé devant son garage. Ce n’était pas tout à fait prévu comme ça, il habitait loin de la mer quand même, mais l’amitié le valait bien. La sienne : pour sûr !

Et puis une journée à regarder Netflix chez lui —c’est de la folie ce truc ! Je ne connaissais que de nom, n’étant pas très portée ni sur les séries ni sur les films. Mathilda (Roald Dahl, à relire maintenant — tout comme le Petit Prince) Jackpot (bof… il manque trop à ce film pour me transporter) Crazy Stupide Love (c’était mieux !) et In your eyes (un beau coup de coeur ! Quelle émotion !). Aussi Yes Man (bien connu, même de moi) et Zootopia (que tout le monde connait peut-être). Dans ma vraie vie, je n’aurais jamais le temps pour tout ça. Mais comment font les gens ?

Quelque jour à vivre avec des amis. Youyou a une amoureuse très chouette, ce fut un très joyeux week-end. A se balader ensembles*. A faire des hamburgers d’anniversaire, en robe d’anniversaire qui est en fait une robe de mariage qu’il ne fallait surtout pas tâcher, à se voir offrir une tomate d’anniversaire et… un pomelo d’anniversaire parce que le comique de répétition marche toujours très bien ! A boire du vin, très bon, trop bon pour moi qui a toujours peur de l’addiction comme de la folie. J’ai pu être chez lui ce que je voulais tant faire chez moi. Finalement très peu de personnes en ont profité, j’avais l’impression de me rattraper. Savoir très bien accueillir, être très bien accueilli. L’idée est presque la même.

*Je tiens à ce s.

Puis, nous nous sommes rendus dans une autre ville, chez une autre amie. Peut-être l’une des meilleures amies de ma belle-maman. Et puis, avec ce genre de personne, prête à être bien avec tous ceux qui le veulent bien aussi, vos amis sont mes amis et tous les amis de mes amis sont les bienvenues !

En fait, j’avais tant besoin de cela. De l’amitié. De l’hospitalité. De bonheur d’être avec les autres. De parler de tout. Pas de commérage. Rien qui ne ronge les âmes. Et pourtant de la sincérité. J’ai bien senti combien ma peur naturelle du rejet s’est peu à peu amincie. Et j’ai pleinement respiré.

Joli buisson à Sablé sur Sarthes.

Nous avons, cette semaine, fait peu de tourisme. Parcouru peu de kilomètres. Dormi bien tard. Jamais —ou presque— écrit. Et on fait venir la police dans la rue.

10 commentaires:

  1. C'est toujours aussi chouette de vous lire ! Ce n'est que mon deuxième commentaire (dans le premier, je m'amusais du fait que nous sommes toutes les deux accompagnées d'un François, d'un gros loup blanc et d'une demoiselle, j'avais oublié alors de préciser que nous voyageons en fourgon aménagé...).
    Mais j'adore vous suivre sur les routes de France, et malheureusement, vous êtes passés tout près de chez nous, en Sarthe mais nous étions déjà partis en vacances...
    J'aime beaucoup l'anecdote du loup dans la rue, nous aussi, nous nous sentons en sécurité dans le camion avec notre loulou.
    Bref, bonne route, bon vent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais alors là ça fait vraiment trop de points communs !!! :-D
      Nous n’avons pas prévu de repasser en Sarthe mais sinon j’aurais rencontré ma jumelle de vie avec plaisir :) N’hésite pas à garder un petit oeil sur notre « carte interactive » à l’occasion, on ne sait jamais !
      Ton loup blanc dort dans le camion ou à l’extérieur généralement ? Comment vous organisez-vous ?

      Supprimer
  2. Je pense que les rencontres et le partage sont une merveilleuse facette de votre voyage et que vous n'êtes pas au bout de belles surprises ! Savourez bien ces petits bouts d'humanité si appréciables.

    Quant au temps de regarder des séries et des films (sur netflix ou ailleurs), c'est comme toute chose, un temps qui se prend au détriment d'autres activités. Tant mieux pour toi si tu n'es pas accro, moi j'ai du mal à manger sans mon petit épisode... Sauf quand le soleil est là et que le déjeuner sur la terrasse est plus attirant ! (en ce moment il fait trop chaud cela dit. J'espère d'ailleurs que vous ne souffrez pas trop de la chaleur dans votre van).
    Toujours un plaisir de vous suivre, bonne route !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la chaleur, aucun soucis ! Nous avons fait route vers une région qui est restée très fraiche cette semaine. Ciel couvert, vent permanent venant de la mer… C’était parfait !
      J’ai toujours l’impression que les gens que je rencontre ont tous plus de temps que moi. Le temps de travailler. Le temps de regarder des séries. Le temps d’entretenir une page Facebook. Le temps de voir des amis. Et en plus : le temps d’être gentils, intelligents, ouverts d'esprit… Moi, rien que les trois derniers me prennent 75% de la journée ! Non vraiment, c’est pas croyable.
      Qu’est-ce que tu regardes en ce moment ? (si jamais je repasse dans une maison avec Netflix ^^)
      Merci pour ce message encore ! Cela me fait toujours très plaisir :-)

      Supprimer
  3. L'amitié, l'hospitalité, le partage en chemin, c'est ce qui donne des ailes et nous permet comme tu le dis de nous sentir bien, aimés.
    Quel bonheur de vous suivre, de voir votre progression et de vous voir en phase avec les éléments, la nature. L'océan c'est infini, magique, le lieu où tous les possibles prennent leur envol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. L’océan : quel rencontre ! J’avais presque oublié combien je ne pouvais pas savoir combien il était grandiose.
      Je te souhaite Marie de garder près de toi autant d’amitié et de force nature que possible. Comme tu dis : tout y prend son envol.

      Supprimer
  4. Mes yeux veilleront alors et je ferai signe si jamais !
    Notre loup dort surtout dans le camion mais parce que notre camion est bien plus gros que le vôtre (il ne passe malheureusement pas sous les barres, tant pis pour les découvertes en dessous de 2 mètres), nous avons une immense soute dans laquelle il a pris ses quartiers, même s'il préfère largement dormir dans notre couloir, bien plus étroit mais duquel il peut surveiller qu'on ne parte pas sans lui :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avions un peu hésité sur la taille du camion qui nous conviendrait. Nous craignions, par notre manque d’expérience, de ne pas trouver des lieux chouettes et accessibles où nuiter.
      Jedi dort à l’extérieur la plupart du temps mais nous savons qu’il sait se faire discret à l’intérieur en cas de besoin. De la même façon que ton gros lou-loup : tant qu’il peut garder un oeil sur nos allées et venues, il est à la bonne place !

      Supprimer
  5. Pour répondre à ton message, on trouve toujours des gens qui ont l'air d'en faire plus que nous ! Je crois que l'important c'est de faire les choses qui nous plaisent, dans la quantité que l'on souhaite. Si ça ne nous satisfait pas à nous d'essayer de changer la gestion de notre temps :)
    Pour Netflix, une série qui cartonne en ce moment : Stranger Things.
    Histoire surnaturelle qui se passe dans les années 80, super musique et super réalisation !
    Sinon, si tu aimes les comics, il y a un grand classique : Daredevil.
    Un peu sombre mais attachant.

    Et si tu aimes plus les héroïnes filles il y a Jessica Jones, humaine génétiquement modifiée qui a une grande force mais quelques vieux démons (et un méchant un peu psychopathe très bien interprété).

    Enfin, ça c'est que Netflix, si on se lance dans le reste des séries ce commentaire va faire trois pages ;)

    bises et bonne continuation,

    Pidiaime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous n’avons pas encore retrouvé de « maison Netflix » mais je retiens tes conseils. Je suis assez intéressée par Jessica Jones. Mais je ne suis pas trop ambiance sombre, j’ai vite peur, je suis vite trop angoissée, lorsque je regarde des films, ça limite beaucoup les choix de séries qui sont assez dans le sensationnel.

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *