Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

mercredi, mars 02, 2016

Et Pi' l'ennui

1415926535…

Pourquoi est-ce que tu me coupes Céline ? Parce que je sais déjà ce que tu vas dire. Et de me voir partagée en deux. Entre celle qui est heureuse de s'affirmer un peu et celle qui voit le mal que je fais à lui manquer ainsi de respect. Pourquoi est-ce que tu le coupes Céline ? Ah oui, alors dis-moi ce que j'allais dire ! Et je lui dis. Toujours scindée entre celle qui a peur de se tromper et l'autre qui danse sur elle-même parce qu'enfin elle peut s'exprimer, librement. C'était bien ce qu'il allait dire. Mais pas seulement. Cette idée que j'ai dite à voix haute, cette idée qui n'était pas la mienne, celle qu'il n'a pas pu dire parce que j'avais écouté avant, je l'avais terminée là où il n'était pas allé. J'avais pensé plus, à sa place.

Evidemment, il y avait cette fissure entre nous. Une ambivalence inconfortable. Lui, dépassé mais lui quand même compris. Moi qui le coupe mais qui participe. Lui coupé, lui à qui on a manqué du respect. Moi qui me révèle mais qui souffre d'aimer en dessous. Lui qui sent pourtant que je sais, que je l'ai marqué… Ce décalage qui se forme même entre nous, pourtant si proches. Evidemment qu'il était là, mais surtout il y avait l'ennui.

Fourbe, prêt à m'attraper toujours. Et moi qui me bats chaque seconde contre lui. Je connais depuis peu son nom, même s'il demeure dans mon dos depuis la nuit de mes temps. C'était parfois une espèce de blues bleuté et pâle, ou le gris impénétrable du manque total d'envie, un orange foncé comme les bouteilles en verre fumé pour l'énervement vain… Maintenant je connais son nom : l'ennui. Je sais contre quoi me tourner lorsque mes pensées et mon coeur tombent ensembles dans un coton collant et étouffant. L'ennui, ma bête noire, ma déprime, ma folie.

89793238462643…

Je ne connais pas mes droits. Ai-je le droit de couper quelqu'un alors que je sais déjà ce qu'il contient ? Pour m'épargner l'attente de voir surgir dans le présent ce qui est déjà pour moi le passé. Et quand je me trompe (jamais), je fais quoi ? Trop vite, trop tout prendre en pleine face même ce qui parfois n'a pas eu le temps de venir. J'invente. J'invente la réalité qui n'est pas encore. Ai-je le droit d'accuser lui ou elle parce qu'elle n'a pas dit ce qu'elle contient, parce que je l'ai coupée, parce que je me suis énervée avant. Je me défends contre ce qui existe dans mon passé mais qui n'est même pas pour vous. Même pas déjà. Mais qui est, que je touche toujours.

Avant je lisais. Je lisais chaque seconde de ma vie et les secondes d'autres vies, rapidement, avidement pour combler tous les instants d'attente. Où j'attendais que la réalité survienne enfin dans votre présent, pour qu'on puisse en parler. En fait, nous n'en parlions jamais. Je lisais toujours, car il y avait tant à attendre.

Mais lire ainsi ne me comble plus. Trop peu de lectures pour mon besoin. Trop peu de nourriture tout juste nourrissante pour mon imagination mais pas indigeste pour la vitesse à laquelle je veux les avaler. La beauté c'est pour les moments où je suis équilibrée.

Vous imaginez-vous cette folie ? Un roman par jour, parfois plus. Les murs d'un bureau quelque part chez mes parents tout recouverts de livres. Et ceux qu'on me prêtait, ceux que je lisais par dessus les épaules, ceux que je relisais… Les rayons des libraires que je vidais, vidant ainsi le portefeuille de mes parents. N'y avait-il pas autre chose à faire ?

Enfin, ce remède ne fonctionne plus de toutes façons.

383279502884197169…

Je pourrais apprendre encore et encore. Mais je tourne autour de moi et rien ne me motive. C'est que l'ennui m'a déjà touchée. Il faut se secouer encore plus fort quand il a déjà touché. Je m'accroche à ma liste. Je coche, je coche, un de plus, un de plus et puis l'ennui s'enfonce encore plus profond en moi.

3993 euh… 751058209749445…

J'ai honte, un peu. J'ai appris quelques décimales de Pi.

9230781640628620…

Les cent premières seulement, sinon j'ai trop peur de me perdre. Enfin, j'en suis à 108, mais chut il ne faut rien dire. Je me coupe encore en deux. Entre celle qui a honte de ne rien faire de son temps qui va pourtant si vite. J'ai honte de ne rien faire de plus utile, de plus sensé, d'inverser la courbe du monde pour qu'elle soit un peu plus harmonieuse. Mon dentiste m'avait dit il y a quelques années « Lorsqu'on est intelligent, il faut utiliser son intelligence pour les autres… » J'avais la voix coincée par un aspirateur buccal, je n'ai pas pu lui répondre toute ma colère et à la fois tout mon asservissement. J'avais 16 ans peut-être, peut-être moins et il m'avait dit ça, j'aurais répondu « Oui », ne sachant pas tellement ce que ce oui pouvait bien signifier. Toute ma culpabilité.

je m'étais arrêtée où ? (petite joueuse, j'aurais dû les apprendre à l'envers…)

8998628034825342…

Et puis il y a mon cerveau qui se réjouit. Je le sens redoubler de créativité pour tout retenir. Il prête une intention au nombre. Parfois par deux, parfois par trois, parfois tout seul. Il voit les répétitions, comme les couplets d'une musique, et une transition. Un bloc, une ritournelle des chiffres comme pris au hasard, et puis un motif encore. Mon cerveau perçoit comme une psychologie dans ces chiffres, c'est hypnotique. Il devine comme un Dieu qui comme un chef d'orchestre demande aux zéros de se faire un peu attendre. Les zéros donnent le rythme.

d'après 葉淑惠…
Danser le sens des nombres qui n'ont pas de sens.

Parfois je me trompe, je me corrige et je comprends. Je comprends l'absence de sens. Je m'oublie dans cet apprentissage inutile, dans cette perte de temps alors que tant de choses mériteraient d'être faites, elles aussi.

Mais je sens l'ennui qui me quitte. Je sens mon esprit et mon coeur qui se réveillent. Je sens tous mes muscles qui se prennent au jeu. Les huit sont dans les bras, les neuf dans le ventre. Je danse les décimales de Pi, allongée dans la loveuse au milieu du salon.

1170679821…

Peut-être me suis-je trompée en vous les copiant ici dans l'article. Mon but n'est pas de vous montrez combien je suis super forte à retenir ainsi tous ces chiffres inutiles, sans moyen mnémotechnique si ce n'est la créativité imaginative de mon cerveau. Je m'ennui parfois. C'est une maladie terrible, plus terrible que n'importe quel ennui je ne sais pas, plus terrible que le vôtre je voudrais dire oui mais je n'en sais rien. Je n'ai pas encore trouvé mon remède. Retourner à l'école ? Travailler dans la recherche ? Oui, mais alors ma vie ? Ma fille, mon mari, Jedi ?

J'apprends, oui, mais pas toujours des choses pour changer le monde. Je suis profondément désolée d'être si minable lorsque l'ennui me touche.

8 commentaires:

  1. Je n'ai pas cette soif des nombres, je ne l'ai jamais eue (mais que cette photo est belle ! Il y en a d'autres avec des chiffres ? Oui comme quoi je ne suis pas passionnée mais si on me parle artistique les chiffres dansent par eux-mêmes ;) ).
    Je peux tout de même dire que je ne l'ai pas, qu'ils ne me passionnent pas dans leur brutalité (l'apprentissage que j'en ai eu doit beaucoup jouer). Mais cet ennui LA, oh cet ennui là... il me vient régulièrement. Je suis comme effondrée à un endroit, celui où j'étais l'instant juste avant.
    Cet ennui là, je le combat régulièrement. Maintenant que je le comprends, j'ai même l'impression que ça a empiré mon ressenti (et mon élan pour en sortir, également).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé cette photo grâce à Twitter. Je pensais qu'elle correspondait très bien à la gymnastique que j'ai faite en apprenant tous ces chiffres. On peut trouver de la poésie partout (Dans les couleurs, les sons, les tissus, la fraicheur, une odeur, les mots et aussi les chiffres, oui, ceux-là ! Quand je jouais à chercher à démontrer la conjecture de Goldbach, les entiers m'étaient très très familiers, comme vivants, doués de volonté, joueurs, danseurs… C'était beau à sentir.)
      Moi aussi le comprendre a empiré mon ressenti. Mais curieusement, il me fait moins souffrir. Je n'accuse plus à tord une quelconque fourberie de ma personnalité. C'est l'ennui et puis c'est tout. Je sais contre qui batailler.

      Supprimer
  2. Je n'ai pas grand chose de plus à dire mais ça m'a parlé ^^ :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette Sabrina ! Tu fais quoi contre l'ennui, toi ?

      Supprimer
  3. 1. Je prends ma place, Yùbèi, Qǐ shì, Lǎn què wěi, Dān biān, Tí shǒu shàng shì...108 mouvements en tout. 3 ans pour apprendre les bases, et là votre vélocité ne pourra rien y faire. 10 ans de travail pour arriver enfin à quelque chose de presque bien...si vous êtes rapide ! :)

    Pi est beaucoup trop facile, c'est dans la tête. Allez dans le corps, c'est beaucoup plus compliqué. Rester dans l'instant pour de vrai et s'y sentir bien.

    Là, l'ennui se méfie, il se rebiffe et le corps braille. Le grand cheval fou essaye de vous faire chuter mais si vous parvenez à rester en selle, la sensation est divine.

    Se concentrer sur soi instant et oublier le vaste monde qui finalement ne nous attends pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des choses que j'aurais aimé découvrir plus tôt... Et puis finalement non : la vie est aussi une recherche perpétuelle, une découverte constante. Tout ce qui change, qui évolue me ravit et je n'ai absolument pas l'intention de rester avec mes petites décimales. C'est trop facile, vous avez bien raison.
      Je n'ai pas dit encore combien j'étais contente de vous retrouver sur ce blog ! Merci :-)
      Le corps est puissant contre l'ennui, j'en suis parfaitement consciente tellement je le sens vivre dés que l'ennui me quitte.
      Je vais me renseigner sur ce dont vous parlez ici. C'est bien cela qu'il me faut, une simulation complète dans mon propre présent. Je suis rapide peut-être mais ça, j'ai mis trop de temps à le comprendre et je mets encore trop de temps à viser juste.

      Supprimer
  4. Merci Celine. Je m'ennuie aussi tellement. Mettant ça sur le compte d'un non satisfecit permanent. Et je ne supporte pas d'entendre les gens rabâcher. Je sais déjà ce que mon conjoint va me raconter en rentrant, et peu à peu, cela devient ma hantise. J'essaie de l'écouter poliment mais les fissures apparaissent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contre l’ennui, je n’ai rien trouvé de mieux que de m’occuper. Et lorsque je ne sais plus quoi faire (lorsque l’intérêt a disparu) j’applique depuis peu l’idée proposée par Josélito sur ce blog : le sport. Je pratique le yoga. N’importe quand dans la journée car l’ennuis peut me prendre en cas de temps mort n’importe quand.
      Pour le dialogue, je progresse à petit pas en lisant, et surtout en m’observant. Krishnamurti m’a fait beaucoup avancer sur ce point.
      L’ennui, c’est insupportable. L’ennui nous coupe des autres. L’ennui culpabilise. L’ennui angoisse.
      Mais l’ennui est peut-être le signe d’une façon particulière d’appréhender le monde. Il faut alors l’assumer. La comprendre. Et la respecter pour continuer à aimer et à être bien avec soi chaque jour.

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *