Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

vendredi, décembre 18, 2015

Vivre en étant différent


Chercher la différence, partout, tout le temps, et ne jamais la trouver. Chercher sa différence ici et là, chez les uns et les autres, et ne jamais la voir. Ce n'est pas seulement ne connaitre que ça, c'est surtout n'être que ça. Et alors, tout, et rien du tout, mais chercher encore.

Il y a des différences qui se voient. Elles sont jugées, tous les jours, sans jamais avoir la possibilité d'être inventée, d'être individuelle, d'être une simple différence.

Et il y a celle qui ne se voient pas, qu'on ne trouve pas, qu'on ne connait pas, et qu'on met en doute d'exister : qu'on se permet de réfuter.

Mais qu'est-ce donc une différence dans un monde d'unicités ?
C'est une rareté, précieuse, mais d'une préciosité pour personne. Précieuse pour quelqu'un quelque part, pour un ange.

Ce qui est différent ici, ne l'est pas ailleurs. Le différent est toujours moins différent, qu'un autre différent moins différent que le différent. Pour être plus clair : Vous serez différent là où il n'y a pas d'autres différences comme la vôtre.

Etre différent, ce n'est pas un gage. Ce n'est pas un défi. C'est un peu de soi à accepter. A respecter. A vivre grâce. Il faut la comprendre. Parfois seul, parfois avec de l'aide, parfois longtemps et loin.

Une différence comprise est une différence indéniable. Et alors le corps, l'esprit, l'identité et l'essence peuvent entrer en communion. Mais il faut le comprendre.

Personne n'est sa différence, mais personne n'est pas moins différent que ce qu'il est. Alors il faut le comprendre, complètement, intégralement, et devenir soi.

— Snowy walk, by Vladimir —
Perdre sa fausse différence simplement en étant soi et heureux. 

Vivre en étant différent, là où, parce qu'on est différent, on est rare unique et que rien n'est fait pour nous ; vivre comment ? Etre soi comment ? Rester différent mais devenir entier, avec les autres, dans leur monde ? Et à la fois dans le sien propre ?

Comment entrer ici et rester là ? Comment exister ? Comment ne pas disparaître ?

Savoir. Savoir pour soi et pour les autres. Apprendre, et enseigner. Dire. Mais ne rien espérer changer. Je crois. Tout en demandant le droit à l'intégrité.

La différence ne se soigne pas. Mais la différence n'est pas une souffrance. Ce sont les souffrances qui le sont. Etre soi n'est pas une souffrance, surtout ne pas croire en ça. Par pitié.

Et vous qui voyez des différents, que faites-vous ? Changez vous ? Caméléonisez-vous ?
Jamais ! Si la différence disparait, les êtres aussi. Restez vous, laissez les différents, différents. C'est faire du bien que de les choyer. Comme ce qu'ils sont sans être que ce qu'ils sont.

Ne dites pas : je sais ce que tu es. Vous ne savez pas. Vous n'êtes que vous, après tout.
Et le différent, ne sais pas non plus ce que vous êtes. Il ne vous dira pas : oui, tu sais.
Il n'existera plus, seulement ça. Il disparait.

Vous êtes aussi différent que le différent face au différent. La différence est un potentiel entre deux êtres.

Je suis différente. Depuis peu, depuis toujours, mais depuis peu aujourd'hui. Ca me taraude. Ca me parle. Ca me libère. Ca m'insomnise, comme cette nuit. Je lis, j'apprends, je comprends. Je résous.

Vous aussi, si vous êtes différents, et vous l'êtes puisque je le suis, sauf si vous l'êtes, comme moi… Enfin : vous, comprenez-moi, s'il vous plait. Ne me dites pas : je sais ce que tu dis. Vous ne savez pas. Mais laissez-moi vous le dire. Laissez-moi exister. Laissez-moi ne plus être jugée.

Laissez moi vivre ma différence et respectez-la. Je l'aime, en fait, je l'ai toujours cherchée et en fait elle était là. Juste dans ma poche. Dans mes yeux. Dans mon coeur. Dans mes manies. Dans mes souvenirs. Ne soyez pas plus différent que moi. Ce ne sera jamais. Je vous l'assure, j'ai fait des maths, je connais très bien ce signe comme un bout d'horizon trop court. Ce serait blesser mon monde.

Pour une fois, peut-être, vivre en étant différent
Merci.

— Close neighbors, by Istvan Lichner —
Tous les oiseaux savent chanter.

Je suis sur Twitter, et si vous l'êtes aussi, si vous n'êtes alors pas plus différent que moi, je vous conseille le fil suivant : @Gabriele_Corno, il est très inspirant !

4 commentaires:

  1. Je suis différente, qu'on le veuille ou non on est tous différents. Ceux qui croient ne pas l'être se renient en essayant de croire qu'ils sont comme les autres. Ce qui est impossible puisque que chacun est différent^^.
    J'aime ton texte, plus qu'un éloge de la différence, c'est un éloge de la Liberté. Celle d'être soi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui me chiffonne dans la phrase : "On est tous différents.", c'est qu'on ne dit jamais différents de quoi. Est-ce que nous sommes différentes l'une de l'autre, oui, assurément parce que chacun est unique.
      Mais je pense qu'être différent, que cette expression là, a un tout autre sens qu'on oublie souvent. Quand on est différent cela signifie qu'on est différent d'une grande majorité. Oublier ça c'est un peu négliger les difficultés que rencontrent les personnes différentes.
      Mais je suis contente que l'article te plaise ! Et tu as raison, comprendre la différence, quelle qu'elle soit, c'est faire un grand pas vers la liberté.

      Supprimer
  2. être différent de qui, de quoi, pourquoi ...
    Faut-il être mouton et se ranger dans la majorité et masquer sa différence.
    Pour ma part je préfère assumer mes différences

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu dis que tu assumes tes différences, cela signifie que déjà tu les connais et c'est un grand pas de fait !

      Supprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *