Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

jeudi, novembre 26, 2015

J'ai pas assez joué à la marchande…


En temps qu'écrivain, je me plaisais bien. J'étais assise dans un bon fauteuil, l'hiver à ma fenêtre, une loupiote au dessus de mon épaule. L'ostéopathe m'a bien dit que pour le dos ce n'était pas optimal mais pour la concentration et l'inspiration c'était extraordinaire. Je pense que je ne pourrais pas réécrire dans de si bonnes conditions avant longtemps. Enfin, bref, pour cette partie, tout marchait comme sur des roulettes.

Et puis j'ai fait mes petits devis auprès des imprimeurs, j'ai bien travaillé la mise en page et tout… Le résultat est super ! La marge que j'ai choisie est formidable, très équilibrée, le livre n'est ni trop lourd ni trop léger à prendre en main, la police est claire comme de l'eau de roche, le livre ressemble comme deux gouttes d'eau à un… livre. C'est du beau travail et je suis contente.

Et puis arrive le moment de le vendre. Et là : je suis nulle. Ma maman et mon adorable belle-maman en vendent à la pelle. Même mon papa a réussi à s'y mettre ! Et moi… Et bien heureusement que j'ai des amis et des bloggeurs sympas autour de moi parce que ça ne va pas fort. Je n'arrive pas à le vendre. Ma maman me dit qu'elle emporte un livre toujours avec elle, pour le proposer à tous ceux qu'elle rencontre. Et ça marche super bien ! De mon côté, je ne dois pas voir assez de monde parce que bon, c'est pas le top.

C'est de ma faute aussi, pourquoi n'ai-je pas déjà fait le tour de mon village, un livre sous le bras ? Pourquoi n'ai-je pas déjà déposé une affiche à la boulangerie ? Pourquoi n'ai-je pas déjà contacté les librairies et les grandes surfaces du coin ?

C'est bien présenté, n'est-ce pas ?

J'ai le sentiment que c'est toujours plus facile pour les autres. Un écrivain qui veut vendre son livre, ça fait pas super classe. J'ai toujours l'impression que je dois m'excuser. "Wahoo ! C'est toi qui l'as écrit ?" Oui… "Bah félicitations !" Je dis merci, et puis je me sens obligée de rajouter que ce n'est pas grand chose. "Tu l'as écrit en combien de temps ?" Euh, en trois mois…

C'est pas ma faute si j'écris vite, mince ! Ca veut pas dire que c'est un mauvais livre. Il est très bon ce livre ! Comment dire : "C'est un super livre." (ou toute phrase dérivée) sans me vanter moi-même ?

"Je l'ai écrit avec le coeur." Ouh… la grosse sensible, on va voir sa vie déroulée de A à Z ça va être ennuyeux à mourir. PAS DU TOUT !

"C'est ma passion depuis toujours, j'ai toujours voulu être écrivain…" Bon, vu le nombre de rides qu'elle a sur la tronche, on va avoir droit à un écrit de niveau lycée, à peine, ça craint… MAIS C'EST PAS VRAI !!

"L'histoire est vraiment prenante." Un livre à multiples rebondissements, sans queue ni tête, la belle affaire je vais pas pouvoir le finir. MAIS TU N'AS MEME PAS LU LA 4ème DE COUVERTURE !!!

Vous voyez le genre ?

Quand on vend son propre livre, on se vend un peu soi-même. Alors il y a les amis et ceux qui vous lisent déjà, qui sont soit complètement convaincus, soit pas du tout intéressés et pour eux c'est facile. Et puis il y a les autres gens, ceux qui savaient même pas que vous étiez écrivains. Et là, ça change complètement le regard qu'ils ont de vous-même lorsque vous leur présentez votre livre. Il vous regarde avec des yeux neufs. L'admiration, le doute, l'intérêt, l'envie soi-même d'écrire un livre aussi, les questionnements (écrivain ? mais comment elle gagne sa vie ?)… comment faire de tout ça une vente ?

Je voudrais ne pas avoir à me justifier. Je présente mon livre. Vous aimez lire ? Le sujet vous intéresse ? Oui, bah achète-le et on n'en parle plus. Je ne voudrais pas que toutes mes rencontres deviennent commerciales, c'est normal, non ?

Bon, tout ça pour vous dire que depuis septembre je n'ai vendu que 40 livres et que ma maman et ma belle-maman, à elles deux, en ont déjà fait partir près de quatre fois plus… Et Noël arrive et j'ai une pression de fou ! Je compte bien prendre le taureau par les cornes, qu'il faut que je m'améliore, que j'arrête de me plaindre inutilement, que je me bouge les fesses quoi, que j'aille de l'avant, que je gagne un peu ma vie, que je vende ce livre.

Si vous avez des conseils, n'hésitez pas. Moi, je vais tout tenter.

C'est un super livre, que diable ! Ca va marcher !

11 commentaires:

  1. J'avoue que je te comprends parfaitement. Dur dur de se vendre. Pas de vendre un livre, mais d'avoir assez de confiance pour dire "c'est moi qui l'ai écrit, j'en suis fière et je l'offre au monde".
    Après tout juste 35 exemplaires vendus, je me pose les mêmes questions. Heureusement que ma mère est là pour parler de mon livre, moi je ne m'y risque pas, comme si je n'étais pas légitime.
    Alors même que j'y ai mis mon coeur, mes tripes.
    Je crois que c'est un bon défi pour prendre confiance en soi et sortir de sa zone de confort Céline. De tout coeur avec toi. Sois fière du travail accompli, du chemin parcouru. Nous sommes à tes côtés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un peu soulagée de voir que je ne suis pas la seule à fort compter sur ma maman pour faire la promotion du livre ! J'ai l'impression de passer pour une gamine, c'est difficile à avouer.
      C'est une belle expérience qui s'offre à moi. Avancer, progresser, apprendre. Et pourquoi pas : y arriver ? Etre satisfaite de mon travail ?
      Merci Marie pour ce petit mot ! Moi j'attends la fin de ton concours avec impatience (parce que j'espère quand même !) afin de commander ton recueil et pouvoir le lire au plus vite. Je pense qu'il ferait un beau cadeau de Noël aussi ! :-) Tu vois : ça va aller pour toi aussi, on pense à toi, on pense à ton oeuvre, il va faire son chemin.

      Supprimer
  2. Je suis pas écrivain mais je comprends tes difficultés! Je crois qu'à ta place j'aurais également beaucoup de mal à vendre ma création, parce que ça me donnerait l'impression de me vendre avec "prétention" et de les sentir obligés d'acheter. Pourtant ta position est tout à fait légitime, et tu as donné pleins de supers idées, des affiches dans le village, ou aller à la mairie pour savoir par quels biais tu pourrais faire ta promo (ex: bibliothèque du coin, la gazette, etc).
    Je pense que, étant donné mes difficultés à aller vers les autres, je miserais aussi beaucoup sur le net, les sites de vente, les communautés, etc. Même si par ce biais là c'est pas facile non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement, je crois qu'aller voir les gens directement, c'est beaucoup plus facile que de faire sa place sur les sites de vente qui ont déjà des milliers de livres à vendre. En me présentant moi-même ("Oui, c'est le livre que j'ai écrit.") je marque quand même des points facilement. En général, on aime bien rencontrer un écrivain. La lecture en devient beaucoup plus intime…

      Tu as mis le doigt sur quelque chose que je trouve très désagréable aussi : sentir que les gens se croient obligés d'acheter. Je ne veux pas du tout ça ! C'est tellement pénible comme situation ! Pour ça, je n'insiste pas. Si quelqu'un me dit intéressé mais qu'il ne fait pas mine de mettre la main au porte-feuille, je laisse tomber. A chacun ses raisons et sa situation financière.

      Je vais mettre en application mes petites idées. Il n'y a qu'à sauter le pas. Je suis obligée de toute façon. C'est mon métier après tout ^^

      Supprimer
  3. Coucou Céline, je te comprends plus que plus. Je suis une nullité dès qu'il s'agit de me mettre en valeur. Je suis du genre à m'excuser de déranger. Je crois que c'est dû au fait qu'écrire et se vendre sont 2 choses bien distinctes qui ne nécessitent pas du tout les mêmes compétences et que deuzio, se mettre en avant soi est toujours plus compliqué que de mettre en valeur autrui.
    Moi je n'ai aucune solution à t'apporter sinon à t'encourager. Et je sais que je n'ai ni acheté ton livre ni celui de Marie. J'accuserais la CAF qui fait blocus sur mes indemnités, donc je me contente et c'est déjà beaucoup de vous lire gratuitement et de vous soutenir car vous avez du talent. Bises :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout à fait raison Aileza : il faut profiter de toutes ces lectures gratuites que nous offre WWW. Et je prends volontiers tes encouragements sans chercher à te reprocher quoique ce soit. Comme je le disais, je ne veux pas que toutes mes rencontres deviennent commerciales, ni même que les gens se sentent obliger d'acheter mon livre.

      Ecrire et vendre sont deux choses très différentes, oui. J'ai appris à écrire un roman, j'ai appris à en faire un livre. Il me reste à apprendre à le vendre. J'ai encore quelques mois pour savoir faire et quelques livres pour m'exercer.

      Merci Aileza pour ce message. Bises à toi aussi.

      Supprimer
  4. Comment se vendre sans se vanter ? Je ne suis pas sûre qu'il y ai de réponse... Pour se vendre (soi ou son livre qui est un bout de toi finalement) il faut croire en soi donc... se vanter, non ? Bref je voulais pas dire ça à la base...
    Faire imprimer quelques jolies affiches et de demander à quelques petits commerçants et docteur de les afficher semble une bonne idée, et encore plus à la bibliothèque et/ou une librairie près de chez toi. Je suis sûre que beaucoup accepteront car ils seront ravis d'avoir un écrivain comme client !
    Et puis, je crois savoir que tu n'aimes pas ça, mais peut être serait il bénéfique que tu te lances sur les réseaux sociaux ?
    Bises, Elsa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut-être ça, oui. Il faut que j'accepte d'avoir un peu à me vanter. Du moins juste le temps de parler de mon livre et après je peux revenir à mon humilité naturelle (hem… !).
      Mon affiche est prête depuis des semaines ! C'est pénible de n'avancer qu'à pas irréguliers. Je mets une après midi à faire mon affiche, trois semaines à me décider à la faire imprimer… Je devine encore les quelques semaines qui vont passer avant que j'arrive à l'afficher là où je veux !
      J'ai vraiment besoin de me secouer. Aller, objectif : 5 livres vendus la semaine prochaine prochaine ! Zou ! :-D
      Et pour les réseaux sociaux… Je ne pense pas que que ça soit une très bonne idée. Ca va vraiment me demander trop de temps, pour peu de retour à mon avis. Je ferai ça lorsque je serai nomade, peut-être.
      Merci pour ton message Elsa. A bientôt !

      Supprimer
  5. Si un jour je vais jusqu'au livre, et bien.. et bien je 'en vendrai même pas 40, faut pas se leurrer. Je n'essayerai même pas de le vendre, tu vois ? Parce que dans le domaine, je suis encore plus loin que toi, moi, j'ai JAMAIS joué à la marchande. J'en suis incapable. Voilà voilà. Et j'ai pas de mère ou de belle-mère pour me le vendre (enfin j'ai une belle-mère, mais elle ne me le vendra pas ^^).

    Je vais te dire : je suis épatée. Peu importe comment, tu en as vendu 110 et ça m'impressionne. C'est un très très beau chiffre figure-toi :)

    Par contre je plussoie, les réseaux sociaux sont le sésame (twitter particulièrement).

    Et puis crée un site web. Soit pour ton livre uniquement, soit un site plus général qui "portera" tes livres, si tu penses écrire encore. J'aime les sites web des auteurs, ceux qui vendent leur livre, avec un extrait long, et une partie blog où on peut lire la personne et la découvrir plus. Ton blog porte cette image parfaitement (juste "le souffle" en haut qui mériterait d'être plus clair (du style "mon livre". En inversant, parce que là, ton blog est en accueil et ton livre sur un onglet (fait l'inverse plutôt : en accueil ton livre, et un onglet pour ton blog.

    C'est des idées, je ne garantis pas le changement dingue des ventes, vraiment juste des idées :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait que tu écrives un article "Comment débuter sur twiter" parce que vraiment, c'est totalement abstrait pour moi… Je ne sais pas ni à quoi ça sert, ni vraiment ce que ça pourrait m'apporter. Même si ce n'est pas ton genre d'article, je suis certaine que tu pourrais très bien te débrouiller avec un tel sujet, rester toi-même, poétique, et en plus tu me rendrais service :-)

      Pour le site web, je suis totalement d'accord avec toi. Le changement est en route. J'ai déjà mon petit nom de domaine et une semaine viendra où je n'aurai pas d'élèves, pas d'amoureux qui me dirait "lâche un peu cet ordi" ni de fille qui me demanderait de regarder des images de lions, et bien je changerai tout ça.

      Ma belle maman pense aussi que mon blog est une belle vitrine de ce que je sais écrire. Elle me dit que c'est important de montrer que je peux écrire sur tout un tas de sujets. Et puis ça me permet d'échanger avec les lecteurs qui le souhaitent.

      Enfin, si tu vas jusqu'au livre, moi je t'aiderais à dépasser les 40 exemplaires vendus ! Là, c'est vrai, je dois beaucoup à ma maman et ma belle-maman mais je ne vais pas les laisser tout faire, ça serait trop la honte ^^ Non, je vais apprendre. Et alors je pourrais t'aider à mon tour.

      Supprimer
  6. Merci :) On verra si un jour j'en suis là ^^ Mais si je vais jusqu'au livre, tu pourras me donner tous les conseils que tu veux, c'est une barrière que je ne passerai pas je le sais : je suis incapable de me mettre en avant. Bref :p

    Super pour le site :)

    Pour twitter.. et bien je vais tenter ^^' Nous verrons ce que ça donne :)

    RépondreSupprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *