Céline Dehors et François l’Explorateur — Aspirants, chercheurs en liberté, expérimentateurs d’idées loufoques. — Et accessoirement auteur de « Ce que le Souffle m’a donné »

jeudi, octobre 30, 2014

J'ai testé pour vous…
Parler de la pédagogie Montessori à un récalcitrant !



Nous sommes à table, la Petite Bulle joue entre les pieds de chaise, je surveille du coin de l'oeil le chat qui minaude à l'autre bout de la pièce. Nous parlons d'une femme qui coud des jeux pour les enfants. Je demande innocemment :
"Elle fait aussi des hochets type Montessori ? Ça peut être assez demandé en ce moment, non ?"
Lui : "Oui c'est sûr, c'est à la mode."
Moi : "Tu t'y es intéressé un peu ?"
Lui : "On en entend parler un peu partout. Enfin, c'est le truc à la mode du moment. Ça va changer, c'est comme tout."
Moi : "C'est intéressant comme démarche, la pédagogie Montessori, tu ne crois pas ?"
Lui : "Bof… C'est pas le truc où tu laisses faire aux enfants ce qu'ils veulent ?"
Moi : "Euh, oui, un peu. Disons que les enfants choisissent ce qu'ils veulent apprendre de toutes façons."
Lui : "Oué, je vois." (petite moue méprisante qui dit bien un truc du genre je te juge mais je ne dis rien, je suis au dessus de ça)

Oui, c'est sûr, dit comme ça, ça ne paraît pas très intéressant. Laisser les enfants faire ce qu'ils veulent. Et puis quoi encore ? Comment peut-on espérer qu'ils apprennent quoi que ce soit en les laissant faire ce qu'ils veulent ?

Je ne jure pas que par Maria Montessori mais ça m'embête beaucoup de rester sans voix devant cette petite moue énervante pour un sujet qui me paraît plutôt intelligent. Ah ! Si j'avais su que j'avançais en terrain mouvant, j'aurais prévu un petit speech ! J'aurais prévu mon discours, j'aurais organisé auparavant mes idées !

Permettez-moi de profiter d'une seconde chance…
Maria Montessori fut une femme médecin et une pédagogue italienne. Elle décéda en 1952. Pour un truc à la mode, on peut dire que c'est plutôt vintage… Pour sa biographie ou quelques informations concernant ses découvertes, vous pouvez simplement lire la page wikipedia. Pour ce que j'en pense, sachez que je trouve simplement remarquable que Maria Montessori ait suivi une approche scientifique pour mettre au point ses recommandations. Habituellement, tout ce qu'on entend sur "comment élever votre enfant" n'est basé que sur des croyances, voire des peurs, ça n'a aucun intérêt, si ce n'est s'immiscer dans votre vie familiale. Oui, je suis le genre de femme qui bouillonne lorsque son médecin lui dit quand et comment donner de la nourriture à sa fille sans que je ne lui demande rien.

Je suis une maman débutante. Je ne me souviens pas de comment mes parents m'ont élevée, moi ou mes frères, je n'ai aucune amie expérimentée à côté de moi, alors pour élever ma fille, j'invente et surtout… j'observe.


Je suis une maman hibou.
Je suis mère au foyer à tiers-temps : un tiers pour mon travail, un tiers (plutôt nocturne) avec mon mari, et le dernier tiers, je le passe à observer la Petite Bulle. D'abord j'ai appris à l'observer pour tenter de comprendre ses besoins : la faim, le sommeil, les câlins… Puis je l'ai observée pour comprendre sa volonté qui montait doucement : je veux regarder tel objet, je veux goûter à ça, je veux pas… Puis je l'ai observée pour jouer avec elle, ses mots muets se lisaient dans les regards légers et les gestes discrets. Finalement, je l'observe pour la connaître, pour savoir comment elle fonctionne, pour savoir ce qui la fait rire, ce qui l'intéresse, pour savoir ce qu'elle veut apprendre.

J'ai observé que la Petite Bulle apprend par stages intensifs. Un stage intensif de marche à quatre pattes (une semaine), un stage intensif d'escalade des escaliers (1/2 heure), un stage intensif de rangement des stylos (deux jours). Pendant une période plus ou moins longue, elle se concentre sur un apprentissage et ne le lâche plus. Certaines puéricultrices m'ont dit que les enfants avaient une capacité de concentration très faible. 15 minutes maxi par activité pour un enfant de trois ans, quelques minutes à peine pour un bébé. Je ne suis pas d'accord. Quand je propose une activité à ma fille, son intérêt disparaît très rapidement. Il faut toujours changer d'activité, déborder d'idées. Capacité de concentration : 7 minutes, maxi. Les choses sont tout à fait différentes lorsque je laisse la Petite Bulle dans son milieu naturel, à savoir, la Terre, une maison d'humain, avec des gens dedans. Quand je laisse la Petite Bulle dans son milieu naturel, je n'ai qu'à l'observer, elle, elle se concentre. Quinze minutes, trente minutes, parfois une heure, sur une activité qui la passionne ! Parfois, elle me regarde, enjouée, je lui souris, puis elle reprend son jeu.

Voilà ma première observation : lorsque je laisse ma fille choisir quoi faire, elle se concentre très bien, elle apprend vite. Lorsque je cherche à lui imposer quelque chose, son intérêt diminue très vite, elle n'apprend presque rien.

Ma seconde observation est la suivante : ma fille se fiche complètement de mes explications. Permettez que je vous donne un exemple. Je suis assise sur un fauteuil, la Petite Bulle joue à mes pieds avec un petit meuble à tiroir. Habituellement, je n'aime pas trop qu'elle joue avec les tiroirs et les placards, j'ai peur qu'elle se coince les doigts dedans. Mais celui-ci est en rotin et la fermeture est plutôt douce, les risques qu'elle se blesse sont assez faibles. Alors je la laisse faire. La Petite Bulle ouvre et referme le tiroir sans arrêt. L'ouvrir, elle a compris rapidement mais pour le fermer… ses doigts se coincent à chaque fois. Je me place à côté d'elle, j'ouvre le tiroir et le referme du plat de la main, histoire de lui montrer comment faire ça sans danger. Elle me regarde patiemment. Dès que j'ai terminé, elle reprend son jeu à sa façon. Elle n'a pas cherché à m'imiter du tout ! Je recommence doucement, pour qu'elle voit bien mon mouvement. L'Adorable me sourit. Je suis alors surprise. Dans ce sourire j'ai lu quelque chose du genre Oh Maman, tu es trop forte, tu réussis mon jeu du premier coup ! Bon, à moi de trouver comment faire à ma façon maintenant, tu me laisses essayer ? Je me suis rassise. J'étais troublée, je l'ai laissée faire. Elle a trouvé sa technique. Peu conventionnelle je dois dire, mais ça fonctionnait. Elle était contente ! Moi j'étais fière d'elle.

Voici ma seconde observation : les enfants n'ont pas besoin de prof qui leurs disent quoi faire, ils sont capables d'apprendre par eux-même. Ils ont besoin d'être accompagnés, non pas dirigés.

Alors voilà, les observations de Maria Montessori sont valables pour la Petite Loutre. Je n'ai pas de jeux Montessori dans ma maison, la Petite Bulle trouve suffisamment de quoi apprendre chez elle. ce n'est pas un truc à la mode selon moi, ce sont des constations scientifiques sur les modes d'apprentissage des enfants.

C'est dérangeant dans la mesure où nous n'avons, en général, pas été élevés de cette façon. C'est assez dérangeant quand on voit que dans les écoles, les modes d'apprentissages des enfants ne sont pas du tout respectés. 

4 commentaires:

  1. Je crois que le "récalcitrant" est ton frère ? Par hasard, bah je ne suis pas sur que ça lui plaise d'entendre des choses comme ça.
    "N'écoutez pas les hommes de science et de la technique , les hommes d'autorité et de compétence, les hommes de savoir dont la connaissance s'arrête aux portes des sentiments et dont la rationalité limite leur approche de la vie et des êtres".
    Si ça te plait de t'éloigner du "récalcitrant" continu ainsi.

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui est surtout dérangeant c'est de voir que les expériences et la naïveté joyeuse ont toujours le mépris pour réponse. Il n'y a jamais quelqu'un qui s'éloigne seul, c'est une affaire entre deux personnes.

    Permettez que je vouvoie un "anonyme" ? Vous parlez de sentiments : apprenez alors que, comme pour l'éloignement, la douleur est partagée. Il est peut-être tant de cesser de juger, il est peut-être tant d'apprendre à écouter ?

    Il est possible de ne pas être d'accord les uns avec les autres, ceci ne veut pas dire qu'on ne s'aime pas. Au contraire ! Les différences sont belles ! C'est peut-être grâce à elles que les gens apprennent à aimer. Et pour ce qui est de mon frère, sachez que je l'aime beaucoup. Même si je l'ai appelé ici un "récalcitrant". Ce n'est pas une insulte. Récalcitrant désigne une personne qui ne se laisse pas faire, et c'est tout à fait le cas de mon frère, il l'a prouvé de nombreuses fois.

    Et puis le sujet de cet article est la pédagogie Montessori, aucunement des affaires de famille.

    RépondreSupprimer
  3. "récalcitrant" à aussi un autre sens celui de "résistance avec entêtement", de façon "butée", voir "bornée" ?
    Et un effet de "mode" est loin d'être un reproche.
    En quoi es-tu en droit de faire des interprétations abusives et inapproprié ?

    RépondreSupprimer
  4. Pour recentrer le débat, je trouve que cet article est très intéressant car il prouve qu'avec du bon sens et de l'observation on arrive à respecter le rythme naturel d'apprentissage de l'enfant ! Merci !
    Je suis moi-même allée dans une école Montessori quand j'étais toute petite et j'en ai d'excellents souvenirs ! L'année où je suis passée à l'école "normale", je ne comprenais pas pourquoi les enfants pleuraient à l'entrée : pour moi, l'école c'était le jeu et l'apprentissage de choses formidables. J'ai compris pourquoi après quelques heures passées dans l'établissement...

    RépondreSupprimer

Je vous remercie vivement de prendre le temps de m'écrire un commentaire. Vous pouvez être assuré de recevoir une réponse très rapidement.
A bientôt !
Céline.

Fourni par Blogger.

Pour papoter

Instagram

Contactez-nous !

Nom

E-mail *

Message *